JO 2022 – Ski alpin : Mathieu Faivre, le « péteur de câble » toujours présent dans les grands rendez-vous

De notre envoyé spécial en Chine,

Et de deux médailles pour le ski alpin après celle de Clarey en début de semaine ! « Enfin », serait-on tenté de dire tant on avait cru en Alexis Pinturault, jeudi, à l’occasion du combiné, avant que celui-ci ne se manque dans la descente et tombe lors du slalom. A l’arrivée, c’est du bronze et c’est pour Mathieu Faivre, le skieur niçois qui détonne dans ce groupe France. Pourquoi donc, nous direz-vous ? Mais si, souvenez-vous, c’est lui qui avait été prié de prendre son baluchon et de quitter Pyeongchang après des propos limites sur le collectif français dont il n’avait que faire. « Je suis là pour ma pomme, pour faire ma course », avait-il alors dit aux journalistes avant de s’excuser une fois rentré au pays.

Depuis, c’est oublié. Interrogé sur ce côté sanguin par nos copains dans la zone mixte de Yanqing (oui, dimanche nous avons fait le choix de rester à Zhangjiakou pour vivre la quatrième médaille de Quentin Fillon Maillet sur la poursuite), Frédéric Perrin, son coach de toujours, raconte : « Non, il ne s’est pas assagi, il est toujours aussi sanguin. Mais c’est ce qui fait sa force, j’ai pas envie qu’il change par rapport à ça. On sait aujourd’hui comment le gérer, on sait comment entrer dans la discussion avec lui, ce dont on était incapable avant et, de son côté, il arrive à vite switcher. Il pète toujours des câbles mais il arrive à vite prendre du recul et à se remobiliser. »

La tension avant la libération

Dimanche, Faivre a livré une course plutôt propre, dans des conditions météo pour le moins dantesque. Après un premier report de la deuxième manche à la mi-journée, le géant a tout de même pu avoir lieu, non sans taper dans les réserves mentales des athlètes. Et ce malgré un stress bien présent tout au long de la journée. « La journée a vraiment été très longue avec le report de la deuxième manche. Aujourd’hui ça a été compliqué pour moi, j’ai rarement été aussi nerveux, a-t-il confié au micro d’Eurosport. Je suis heureux de repartir avec une médaille. Effectivement elle est en bronze, mais je crois qu’il n’y a que trois places qui comptent aux Jeux olympiques. Je repars avec une médaille, c’est juste incroyable. » Sur sa course, le foufou du ski alpin français se dit plutôt satisfait :

« Je pense que je fais plutôt une bonne première manche, la deuxième a été un peu plus compliquée avec des conditions qui étaient très délicates, la météo, la piste dure, un tracé très tournant. »

« Il y avait de la tension, il ne fait pas une très très bonne deuxième partie de manche, confirme Frédéric Perrin en zone mixte. Mais à la limite je n’ai pas envie d’être dans l’analyse pour le moment, de me demander où est-ce qu’il aurait pu mieux faire. Je suis content qu’il ait répondu dans l’état d’esprit vu le déroulé de la journée. » Après son double titre mondial à Cortina d’Ampezzo l’an dernier (en géant et parallèle), Mathieu Faivre confirme qu’il est un garçon fidèle aux (grands) rendez-vous. « Quand on est double champion du monde, ça veut dire quelque chose. Il s’appuie sur son expérience, poursuit le coach. Il n’est plus tout jeune (je l’ai connu tout jeune), c’est un grand garçon de trente balais et maintenant il est bon partout. J’espère qu’il ne va pas s’arrêter là. »