JO 2022 : Pinturault ne doit pas se rater, Hanyu vise le quadruple axel… Le programme du jeudi 10 février

Jeudi 10 février – jour 6

Les Français au menu

Pas mal de monde au programme, notamment en snowboard cross H, où notre trio Bozzolo/Le Blé Jacques/Surget essaiera de faire aussi bien que Chloé Trespeusch mercredi, même si aucun n’a les mêmes références sur le circuit. On suivra aussi Kévin Aymoz et Adam Siao Him Fa au patinage (programme libre), ainsi que Coralie Bentz et Mélissa Gal en ski de fond. Mais celui qui aimantera nos regards s’appelle Alexis Pinturault. En galère cette saison, le vainqueur du classement général de la Coupe du monde tient peut-être sa meilleure chance d’enfin remporter le titre olympique qui manque à son superbe palmarès. Le combiné nordique (descente et slalom) correspond pile à ses qualités, comme il l’avait prouvé en 2018 (argent). C’est le moment, Alexis.

La star à suivre

Le Japon rêvait pour lui d’un triplé olympique, inédit en patinage artistique depuis Gillis Grafström dans un autre siècle (1924, 1928 et 1932), mais Yuzuru Hanyu, auteur d’une erreur rédhibitoire dans le programme court, 8e du classement provisoire avant le libre, ne sera pas champion olympique à Pékin. La plus grande star de son sport a un autre objectif en tête : devenir le premier homme à réussir le quadruple axel, quatre tours et demi en l’air, un saut encore jamais réussi en compétition, et pas beaucoup plus à l’entraînement. Les derniers échos des médias japonais racontent en effet qu’à chaque fois qu’Hanyu l’a tenté lors de ses galops d’essai, il est tombé ou n’a pas réussi à compléter la figure en entier. Mais Hanyu l’a promis, il va tenter l’impossible au programme libre.

La sale histoire de dopage

En parlant de prouesse en patinage, la jeune Kamila Valieva avait marqué l’histoire lundi en signant le premier quadruple saut de l’histoire chez les filles, emmenant la Russie (enfin le ROC) jusqu’au titre suprême. Mais v’là-t’y pas que la jeune fille ne serait pas irréprochable. Alors que le monde de la glace s’interrogerait sur les raisons du report de la cérémonie protocolaire du podium mercredi, le site spécialisé et archi-fiable Inside the games indique que l’athlète russe a été contrôlée positive à un produit dopant possiblement « récréatif ». Problème, la jeune fille n’a pas 16 ans et son cas n’obéit pas au règlement habituel, puisqu’elle est « personne protégée ».

« Tout le monde fait son possible pour régler cette situation le plus rapidement possible. Il y a des sportifs qui ont gagné des médailles qui sont concernés. Parfois les problèmes juridiques peuvent prendre du temps à régler », a déclaré Mark Adams, le porte-parole du CIO lors du point presse quotidien à Pékin​. On attend de voir comment cette histoire va se terminer, même si Valieva ne risque pas grand-chose à titre personnel, au vu de son jeune âge. Son entourage, en revanche…

La photo du jour