Jeux olympiques : L’Inde vise l’organisation des JO 2036

Géant démographique avec 1,3 milliard d’habitants, l’Inde n’a pas du tout le même statut sur le plan sportif, malgré ses réussites en hockey sur gazon et en cricket. Cependant, le pays envisage de se porter candidat à l’organisation des Jeux olympiques 2036 et fera valoir ses atouts lors de la prochaine session du Comité international olympique (CIO), qui doit avoir lieu à Bombay en septembre-octobre 2023.

Pour le ministre des sports Anurag Thakur, c’est le « bon moment » d’être candidat à l’organisation du plus grand événement sportif mondial, a-t-il déclaré au journal Times of India. « Si l’Inde déploie autant d’efforts pour promouvoir le sport, je peux vous assurer que nous n’accueillerons pas seulement les Jeux olympiques, mais que nous les accueillerons en grand », a poursuivi le ministre des Sports lors d’une interview publiée mercredi.

Thakur a précisé que l’Inde pourrait être candidate avec la ville d’Ahmedabad, dans l’Etat natal du Premier ministre Narendra Modi, le Gujarat, qui abrite le plus grand stade au monde, ouvert en 2020 et portant le nom du dirigeant. Le gouvernement de Modi s’efforce de faire de l’Inde une puissance sportive mondiale et a investi des sommes considérables dans les infrastructures nationales.

Dix autres pays également intéressés

Le CIO a attribué les trois prochains Jeux olympiques d’été à Paris (2024), Los Angeles (2028) et Brisbane (2032). En octobre, le CIO avait indiqué que 10 pays avaient déjà fait part de leur intérêt pour organiser les JO 2036. Parmi ces pays, figurent l’Indonésie, l’Allemagne, la Corée du Sud, la Chine et le Qatar.

L’Inde a organisé les Jeux du Commonwealth en 2010, mais l’événement avait été entaché par de nombreuses accusations de corruption et de mauvaise gestion. Autre mauvais point pour le pays, son comité national olympique est dans le viseur du CIO qui avait menacé en septembre de le suspendre, comme il l’a déjà fait en 2012 et 2014, en raison « des conflits internes récurrents et des problèmes de gouvernance » de l’instance. Le CIO avait décidé en conséquence de repousser à septembre-octobre 2023 sa prochaine session, initialement prévue à Bombay en mai.