Jeff Bezos lance un fonds pour la Terre de 10 milliards de dollars, des salariés d’Amazon sceptiques

Vue satellite de la Terre (illustration). — NASA/Cover Images/SIPA

Cela représente un peu moins de 8% de sa fortune: Jeff Bezos, fondateur d’Amazon et homme le plus riche du monde, a annoncé lundi sur son compte Instagram le lancement du «Bezos Earth Fund» (Fonds Bezos pour la Terre) pour lutter contre le changement climatique, le dotant de 10 milliards de dollars «pour commencer». Les premières subventions à des chercheurs, militants et ONG seront attribuées cet été.

Cette décision intervient 20 jours après que 300 employés d’Amazon ont signé des critiques contre leur groupe, notamment au sujet de sa politique environnementale. Le groupe Amazon Employees for Climate Justice (AECJ) pousse l’entreprise à aller plus loin dans son plan de mitigation annoncé à grand renfort de publicité en septembre, quand Jeff Bezos a lancé une campagne qui doit permettre de remplir –avec 10 ans d’avance– les engagements climatiques de l’accord de Paris.

Impact social et environnemental d’Amazon

Le groupe a salué l’initiative de Bezos mais l’accuse d’hypocrisie. Amazon, qui a bâti son succès sur un énorme réseau logistique de transport routier pour assurer des livraisons de plus en plus rapides, est un gros producteur de gaz à effet de serre, les principaux coupables du changement climatique.

Les fermes de serveurs d’Amazon, qui a fait du Cloud (informatique dématérialisée) une autre source très importante de profits, sont elles aussi extrêmement gourmandes en énergie.

Selon la plateforme en ligne Climate Watch, les 44,4 millions de tonnes d’équivalent CO2 produites chaque année par l’entreprise représentent un peu plus de 10% des émissions annuelles totales de la France. «Quand est-ce qu’Amazon va arrêter d’aider des entreprises du pétrole et du gaz de ravager la Terre?», écrivent les salariés.

Neutralité carbone en 2040?

En septembre, Jeff Bezos a promis qu’Amazon atteindrait la neutralité carbone en 2040. Microsoft, de son côté, s’est fixé 2030 comme objectif. «Nous pouvons sauver la Terre», affirme-t-il sur son post Instagram de lundi, sous une photo de la planète. «Cela nécessite une action collective dans grandes et petites entreprises, des Etats, des organisations mondiales et des individus». «La Terre c’est la chose que nous avons tous en commun. Protégeons-la, ensemble», conclut-il.

Les manifestations pour la protection de l’environnement et contre les grandes sociétés polluantes se sont multipliées cet automne et cet hiver, notamment sous la houlette d’associations comme Greenpeace, de l’activiste suédoise Greta Thunberg ou du mouvement Extinction Rebellion (XR).

Amazon a ainsi été la cible de plusieurs actions pour dénoncer la surconsommation et ses conséquences écologiques lors du Black Friday en novembre, une des grandes journée de promotion qui contribuent aux revenus colossaux de la multinationale. Jeff Bezos est aussi le fondateur de la société spatiale Blue Origin, dont l’un des buts affichés est de développer l’activité humaine dans l’espace, notamment sur la lune, pour alléger la pollution sur Terre.

Société

Enquête sur Amazon : Avez-vous prévu de boycotter la marque pour vos achats de Noël ?

Planète

COP 25 : Si le recours au charbon baisse, les émissions mondiales de CO2 continuent d’augmenter

0 partage