Jean-Jacques Bourdin privé « temporairement » d’antenne sur BFMTV et RMC après la plainte pour agression sexuelle

Journaliste politique phare de RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin est visé par une plainte déposée par une ancienne journaliste de BFMTV/RMC le 11 janvier pour « agression sexuelle ». Après avoir diligenté une enquête interne dimanche dernier, le groupe Altice Media, propriétaire de RMC et BFMTV, annonce ce dimanche à l’AFP que son journaliste vedette est privé « temporairement » d’antenne.

« Jean-Jacques Bourdin, à la demande de la direction, se retire temporairement des antennes de BFMTV et de RMC. Cette décision a été prise pour ne pas porter préjudice au fonctionnement quotidien de BFMTV et de RMC », a indiqué le groupe dans un communiqué, rappelant que le journaliste « conteste vigoureusement les faits dénoncés ».

Visage de la présidentielle du groupe Altice Media

Cette décision fait suite à l’attitude des candidates à l’élection présidentielle face à l’accusation d’agression sexuelle à l’encontre de l’intervieweur star​. Mardi soir sur BFMTTV, la candidate LR à la présidentielle, a en effet souligné d’entrée de jeu qu’elle s’était « clairement posé la question », en raison de l’enquête visant le journaliste, mais qu’elle était finalement elle est venue par « respect » de la présomption d’innocence. Toutefois, avant de dérouler ses propositions, Valérie Pécresse a saisi l’occasion pour vilipender « la loi du silence » sur les violences faites aux femmes.

Le candidat écologiste Yannick Jadot a annulé un entretien prévu vendredi matin avec le journaliste, visé par une enquête pour des soupçons d’agression sexuelle, a-t-il confirmé à l’AFP. Cette suspension est un coup dur pour Altice Media, Jean-Jacques Bourdin était le visage des présidentielles du groupe… Il va désormais falloir trouver un ou une remplaçante.