«Je suis transgenre»: Une journaliste spécialiste du foot fait son coming out

La journaliste britannique Nicky Bandini. — Capture d’écran Twitter @NickyBandini

« J’ai écrit mon dernier article sous le nom de Paolo Bandini. Désormais, je signerai Nicky », écrit-elle. La journaliste Nicky Bandini a fait son coming out trans ce vendredi dans une vidéo postée sur Twitter et dans un texte publié par le Guardian, le quotidien britannique auquel elle collabore depuis treize ans.

« Je suis transgenre. Je sais que cette phrase sera ressentie comme un choc par beaucoup de monde, avance-t-elle. Même après avoir bataillé avec la dysphorie de genre – une sensation d’inconfort et de dissociation d’avec le corps que l’on m’a donné et les attentes qui vont avec – pendant presque toute ma vie, cela m’a pris une bonne partie de trois décennies et demie pour l’affirmer tout haut. »

« La transition est une aventure »

Dans son témoignage, la journaliste de 36 ans relate son vécu et la manière dont elle a fini par assumer son identité. « La transition est une aventure, qui prend du temps. J’ai fait mon coming out auprès des personnes les plus importantes dans ma vie il y a trois ans, non pas avec une déclaration d’intention, mais avec des seaux de larmes et des attaques de panique. Une partie de moi pensait que parler de la dysphorie contribuerait peut-être à la faire fuir. Une autre partie attendait que le monde s’arrête. Mais le monde ne s’est pas arrêté, même les jours où je l’aurais souhaité. Ma dysphorie ne s’est pas non plus arrêtée. J’avais peu de choix – abandonner la vie, ou trouver une nouvelle manière d’avancer. J’ai choisi le deuxième chemin », écrit Nicky Baldini.

Sur le plan professionnel, elle explique que faire son coming out au travail demandait « bien plus qu’un acte de foi ». Sa spécialité, c’est le sport – elle couvre le championnat italien de football, et les matchs de NFL, la Ligue de football américain – et, note-t-elle, « le journalisme sportif n’est pas toujours un lieu accueillant pour des personnes qui ne sont pas des hommes homosexuels ». A sa connaissance, elle est la seule reporter trans chargée des sports en Grande-Bretagne.

« Tout ce que je demande, c’est du respect et de la gentillesse »

« Le fait que je sois trans n’a rien à voir avec ma capacité à analyser un match de foot, ni à mon implication dans mon travail », prend la peine de rappeler Nicky Baldini. « J’aurais préféré ne pas avoir à écrire cela et vivre dans un monde où ma transition n’exigerait aucun commentaire. Mais puisque l’on ne vit pas encore dans ce monde-là, me voilà. Tout ce que je demande, c’est du respect et de la gentillesse – pour moi et pour les personnes trans en général – à une époque où ces qualités semblent de plus en plus rares. »

Le coming out de Nicky Baldini a suscité de nombreux messages de soutien sur Internet. Plusieurs confrères l’ont saluée à leur manière, à l’instar de l’ex-footballeur reconverti en consultant Gary Lineker qui a tweeté : « Bien joué et bonne chance. »

Culture

Valentina Sampaio est la première mannequin trans de Victoria’s Secret

Sport

Dans le sport de haut niveau en France, «la loi du silence» est-elle différente entre lesbiennes et gays?

0 partage