« Je n’abandonnerai JAMAIS ma cuisinière à gaz »… Pourquoi le débat enflamme l’Amérique

Oubliez l’avortement, les armes à feu ou les masques. Non, le nouveau de cri de ralliement des républicains et des défenseurs des libertés face aux régulations idiotes du gouvernement : plutôt mourir que de renoncer ma cuisinière à gaz. Même si personne n’a menacé de les confisquer.

Le feu a pris après des propos du responsable d’une agence gouvernementale qui ont provoqué l’une de ces polémiques ponctuant la vie politique aux Etats-Unis. Dans une récente interview à l’agence Bloomberg, Richard Trumka, membre de la Commission de sécurité des produits à la consommation (CPSC), affirmait qu’en raison de la pollution émise par ce type de cuisinières, leur interdiction n’était pas à écarter.

« Il s’agit d’un danger caché », a-t-il dit en allusion aux potentiels problèmes respiratoires qu’elles peuvent provoquer. « Toutes les options sont sur la table. Les produits ne pouvant pas être rendus sûrs peuvent être interdits ». Il n’en fallait pas plus pour lancer la rumeur d’une interdiction imminente des cuisinières à gaz et faire pousser des cris d’orfraie à des responsables et internautes de droite. Deux jours plus tard, le reponsable a assuré qu’une interdiction n’était pas sur la table, qu’il parlait de nouvelles régulations. Rien n’y a fait.

« Il faudra venir me l’arracher des mains ! »

S’insurgeant contre une possible tentative de bafouer leurs libertés, certains se sont posés en hérauts de la nourriture bien cuite – « les cuisinières électriques sont nulles », selon le commentateur conservateur Matt Walsh – d’autres des plus défavorisés face à des responsables gouvernementaux vus comme privilégiés, les plaques à induction étant coûteuses aux Etats-Unis.

« Les démocrates vont s’en prendre à vos appareils de cuisine », a lancé le sénateur de l’Arkansas, Tom Cotton. « Leur volonté de contrôler le moindre aspect de votre vie n’a pas de limites, y compris la manière dont vous préparez votre petit-déjeuner », a-t-il tweeté.

L’élu de Caroline du Sud Jeff Duncan a lui dit y voir un nouvel « abus de pouvoir » de la part de l’administration Biden. « Les bureaucrates de Washington ne devraient pas avoir leur mot à dire dans la manière dont les Américains préparent leur dîner », a-t-il tonné sur Twitter. « Je n’abandonnerai JAMAIS ma cuisinère à gaz », a ajouté l’ancien médecin de Donald Trump à la Maison Blanche, Ronny Jackson.

Et comme d’autres internautes, l’élu de Floride Matt Gaetz a fièrement publié une vidéo du brûleur d’une cuisinière à gaz – aux Etats-Unis, environ 35 % des cuisines fonctionnent au gaz. « Il faudra venir me l’arracher des mains ! », a-t-il écrit, reprenant une formule notamment popularisée par l’acteur Charlton Heston, longtemps président du puissant lobby des armes NRA, qui l’avait martelée en 2000 en brandissant un fusil pour mettre en garde les démocrates contre toute velléité de s’attaquer aux armes à feu.

Dans le même ordre d’idées, l’élu de l’Ohio Jim Jordan a publié ce tweet sonnant comme une devise : « Dieu. Armes à feu. Cuisinières à gaz ». Même le démocrate, et grand défenseur des centrales à charbon, Joe Manchin, a estimé que « le gouvernement ne devrait pas avoir de mot à dire sur comment les Américains cuisinent. »

Biden contre une interdiction

Face à l’échauffement – sincère ou peut-être un rien affecté – des esprits, la Maison Blanche et le patron de la Commission de sécurité des produits à la consommation ont dû s’exprimer.

« Le président (Joe Biden) ne soutient pas une interdiction des cuisinières à gaz », a dit sa porte-parole Karine Jean-Pierre. Et la commission, « qui est indépendante, n’interdit pas les cuisinières à gaz ».

« Je veux remettre les pendules à l’heure. Contrairement à de récentes informations de presse, je ne cherche pas à interdire les cuisinières à gaz », a lui écrit Alex Hoehn-Saric, le chef de la CPSC, tout en rappelant que selon des études, « les émissions des cuisinières à gaz peuvent être dangereuses ».

De récentes recherches (qui ne font pas l’unanimité) accusent en effet la cuisson au gaz d’être responsable d’environ 12 % des cas d’asthmes infantiles aux Etats-Unis et en Europe. Sans que cela n’arrête le flux de réactions outrées à droite.