Japon : Des milliers de personnes se réfugient dans des abris à l’approche d’un typhon

Des milliers de personnes se sont réfugiées dans des abris dimanche dans le sud-ouest du Japon, alors que le puissant typhon Nanmadol se dirigeait vers la région, incitant les autorités à recommander à plus de quatre millions de résidents d’évacuer les lieux.

L’agence météorologique japonaise (JMA) a émis un « avertissement spécial » pour les départements de Kagoshima et de Mizayaki, dans le sud de la grande île de Kyushu, pour mettre en garde les habitants contre les risques élevés de fortes intempéries.

98.000 foyers déjà privés d’électricité

Dimanche matin, près de 98.000 foyers étaient déjà privés d’électricité dans les régions de Kagoshima, Miyazaki, Kumamoto et Nagasaki, tandis que les services ferroviaires régionaux, les vols et les traversées en ferry ont été annulés, selon les services publics et les services de transport locaux.

Certaines épiceries, généralement ouvertes 24 heures sur 24, y compris lors de fortes intempéries, ont également fermé.

La JMA a averti que la région pourrait être confrontée à un danger « sans précédent » dû à des vents violents, des vagues déchaînées et des pluies torrentielles. « Veuillez rester à l’écart des endroits dangereux et évacuer si vous ressentez le moindre danger », a tweeté le Premier ministre Fumio Kishida après avoir convoqué une réunion du gouvernement. « Il sera dangereux d’évacuer la nuit. Mettez-vous en sécurité tant qu’il fait encore jour », a-t-il ajouté.

« Un typhon très dangereux », prévient l’agence météo japonaise

La chaîne de télévision publique NHK a indiqué que plus de quatre millions de personnes sur l’île de Kyushu avaient reçu des recommandations pressantes d’évacuation, et des responsables à Kagoshima et Miyazaki ont précisé que plus de 15.000 personnes se trouvaient dans des abris locaux dimanche après-midi.

« La plus grande prudence est requise », avait déclaré dès samedi Ryuta Kurora, chef de l’unité de prévision de la JMA. « C’est un typhon très dangereux ». « Le vent sera si violent que certaines maisons pourraient s’effondrer », a indiqué Ryuta Kurora aux journalistes, mettant également en garde contre des inondations et des glissements de terrain. Il a également exhorté les résidents à évacuer les lieux avant que le pire n’arrive et a prévenu que même dans les bâtiments solides, ils devaient prendre des précautions.  « Ne vous approchez pas des fenêtres », a-t-il notamment exhorté.

Des conditions météo qui se détériorent rapidement

Dimanche matin, la circulation des trains à grande vitesse dans la région a été suspendue, ainsi que les lignes de trains régionaux, et la NHK a indiqué fait état de centaines de vols annulés.

Sur le terrain, un responsable municipal à Izumi (département de Kagoshima) a indiqué que les conditions météorologiques se détérioraient rapidement. « Le vent est devenu extrêmement fort. La pluie tombe aussi très fort », a-t-il déclaré à l’AFP. « La visibilité est presque nulle ».

Sur la côte, dans la ville de Minamata, des bateaux de pêche, amarrés par mesure de sécurité, flottaient sur de hautes vagues, tandis que des pluies battantes arrosaient la promenade.

A 13h (4h GMT), le typhon se trouvait au-dessus de la petite île japonaise de Yakushima et le vent soufflait à 234 kmh. Il devrait toucher terre à Kyushu, plus au nord, dimanche soir avant de tourner vers le nord-est et de balayer l’île principale du Japon, Honshu, jusqu’à mercredi matin.

Le Japon déjà frappé par le passé

La saison des typhons culmine d’août à septembre au Japon où elle est marquée par de fortes pluies susceptibles de provoquer de brusques inondations et des glissements de terrain meurtriers.

En 2019, le typhon Hagibis s’était abattu sur le Japon en pleine Coupe du monde de rugby, causant la mort de plus de cent personnes. Un an plus tôt, le typhon Jebi avait entraîné la fermeture de l’aéroport du Kansai à Osaka, tuant 14 personnes.

Et en 2018, des inondations et des glissements de terrain avaient fait plus de 200 morts dans l’ouest du Japon pendant la saison des pluies. Des scientifiques estiment que le changement climatique augmente l’intensité des tempêtes et les phénomènes météorologiques extrêmes.