Irak: L’armée américaine mène une opération de représailles contre des positions pro-iraniennes

Un chasseur américain sur l’USS George H.W. Bush dans la Méditerranée (illustration). — Bram Janssen/AP/SIPA

L’armée américaine a mené dans la nuit de jeudi à vendredi de multiples frappes aériennes contre des positions d’un groupe pro-iranien dans plusieurs régions d’Irak au lendemain de la mort de deux Américains et d’un Britannique dans une attaque à la roquette près de Bagdad.

« Ces frappes étaient défensives, proportionnées et en réponse directe à la menace posée par les groupes armés chiites pro-iraniens qui continuent à attaquer les bases accueillant les forces de la coalition » internationale antidjihadiste en Irak, a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

Elles ont visé cinq unités de stockage d’armement des Brigades du Hezbollah (Kataeb Hezbollah), l’une des factions pro-Iran les plus radicales d’Irak, « pour réduire leurs capacités à mener de futures attaques contre les forces de la coalition », a précisé le ministère américain de la Défense. « Ces groupes terroristes doivent cesser leurs attaques contre les forces américaines et de la coalition, sinon ils devront en subir les conséquences, au moment et à l’endroit de notre choix », a ajouté le Pentagone.

« Punir les coupables »

Le ministre américain de la Défense Mark Esper avait prévenu un peu plus tôt que Washington allait « punir les coupables » après qu’une trentaine de roquettes ont été tirées mercredi en début de soirée sur la grande base de Taji, dans la banlieue de Bagdad, qui abrite des militaires de la coalition.

Deux militaires américains et une militaire britannique ont été tués dans cette attaque qui a également fait 14 blessés américains, britanniques, polonais et autres, dont cinq sont dans un état grave.

« Les frappes ont commencé à 1h locale (23h heure de Paris) à l’aide de divers appareils », selon un responsable américain, qui a indiqué ne pas avoir de détails sur le nombre de victimes. « Ce n’est pas une opération de la coalition, c’est une opération spécifiquement américaine », a-t-il précisé à l’AFP.

A Bagdad, des responsables locaux de la sécurité ont indiqué à l’AFP que des bases des brigades du Hezbollah dans la zone de Jorf al-Sakher, dans la province de Babylone qui borde Bagdad au sud, avaient été visées par au moins cinq bombardements. Les forces de sécurité irakiennes sont aussitôt entrées en état d’alerte, ont-ils ajouté.

Monde

Irak : Deux soldats américain et britannique et un civil tués dans des tirs de roquettes

2 partages