Inflation : Air France annonce une hausse des salaires de 5 % pour tous ses employés

Avec l’inflation, la pression sur les rémunérations commence à se faire de plus en plus sentir pour les entreprises. Air France va ainsi accorder une hausse de salaires de 5 % à tous ses employés, assortie d’une prime de 1.000 euros, a annoncé mercredi la compagnie aérienne.

Après concertation avec les organisations syndicales, Air France a décidé d’une « augmentation générale des salaires à hauteur de 5 %, versée en anticipation des négociations annuelles obligatoires (NAO) 2023 », et qui sera progressivement mise en place dans les prochains mois. L’entreprise versera en outre le mois prochain « à l’ensemble des salariés (…) une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat de 1.000 euros » pour un salarié travaillant à temps plein.

Une première augmentation « dès novembre »

Les plus de 38.000 salariés sont concernés : « personnel sol, personnels navigants commerciaux et pilotes ». D’autres négociations ont lieu dans les filiales de la compagnie. Air France a aussi expliqué que « les premiers niveaux de rémunération bénéficieraient dès novembre 2022 d’une augmentation plancher de 130 euros brut mensuel (pour un salarié à plein temps) au titre des augmentations prévues pour tous ».

Les 5 % d’augmentation consisteront en « une première augmentation générale de 2 % dès novembre 2022 », suivie d’une « deuxième augmentation générale de 2,5 % dès février 2023 », puis d’un « engagement d’un minimum de 0,5 % d’augmentation générale qui sera proposé » lors des NAO prévues à partir de mai 2023.

Une situation macroéconomique « exceptionnelle »

Ces mesures sont prises pour répondre à la « situation exceptionnelle » suscitée par « un niveau d’inflation historiquement élevé », a expliqué Air France. Mardi, le gouvernement a en effet revu en hausse sa prévision d’inflation pour cette année, de 5 % à 5,3 %, et indiqué qu’il s’attendait à une hausse des prix élevée au moins jusqu’en février 2023.

Les gestes de la compagnie aérienne surviennent alors qu’elle « reste fortement contrainte par sa situation financière et subit elle-même les effets de l’inflation sur ses différents coûts comme le carburant », a-t-elle souligné. Gravement affecté comme l’ensemble du secteur aérien par le Covid-19, le groupe Air France-KLM a dégagé pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire un bénéfice au deuxième trimestre, à la faveur d’une nette reprise du trafic.

De nombreuses suppressions de postes

Le groupe a mené un plan tous azimuts de réduction des coûts, incluant la suppression de 8.500 postes au sein d’Air France (17 % des effectifs), dont 700 cette année, et 5.500 à KLM. Air France-KLM a également bouclé mi-juin une nouvelle augmentation de capital de 2,256 milliards d’euros, ses deux plus grands actionnaires, les États français et néerlandais, ayant pris part à la hauteur de leurs participations (respectivement 28,6 % et 9,3 %), tandis que l’armateur CMA CGM est entré au capital à hauteur de 9 %. La dette nette du groupe a baissé de 2,2 milliards d’euros depuis la fin 2021 mais restait très importante fin juin, à 6 milliards.