Incendie de Bolloré Logistics à Rouen : Attention aux affirmations inexactes sur le stockage des batteries lithium

L’incendie impressionnant de sites industriels à Grand-Couronne (Seine-Maritime), près de Rouen, le 16 janvier, a réveillé le souvenir de Lubrizol. Et des inquiétudes concernant les produits entreposés. Le bâtiment loué par Bolloré Logistics contenait quelque 12.000 batteries au lithium. Sur Twitter, des internautes se sont interrogés sur la réglementation concernant le stockage de ces batteries.

Capture d'écran du tweet affirmant qu'il n'y a pas de "légilsation sur le stockage des batteries au lithium", ce qui est inexact.
Capture d’écran du tweet affirmant qu’il n’y a pas de « légilsation sur le stockage des batteries au lithium », ce qui est inexact. – Capture d’écran/Twitter

Un post, partagé une centaine de fois, avance qu’il n’y a, en France, « aucune législation sur le stockage de batteries lithium ». Cette affirmation se base sur une capture d’écran du site Internet de Cemo, une entreprise de matériels de stockage sécurisé vendus pour le BTP, les secteurs agricole, industriel ou les collectivités.

FAKE OFF

Sur son site Internet, l’entreprise de la métropole lyonnaise indique en effet « qu’il n’existe pas encore de réglementation pour le stockage des batteries lithium », « ce qui veut dire que tout est permis ». Mais il est également précisé dans les mentions légales que le site « ne garantit en aucune façon l’exactitude, la précision ou l’exhaustivité des informations mises à disposition ». Contactée pour savoir si ces informations étaient à jour, l’entreprise ne nous a pas, pour l’heure, répondu.

Or, pour Benoît Sallé, expert d’assistance conseil à l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), ces informations méritent d’être précisées et complétées. Premièrement, « il existe une réglementation sur le stockage imposant des moyens, sauf qu’il faut être soumis à la réglementation environnementale ICPE », c’est-à-dire sur les installations classées pour la protection de l’environnement.

Une réglementation sur le stockage à partir d’un seuil

« Il y a des seuils, si vous les dépassez, vous êtes soumis à la réglementation », explique-t-il. Celle-ci s’applique par type de produits (inflammable, toxique, corrosif, etc.) ou par activité (local de charge de batteries, de stockage de produits, etc.). « Ici [dans le cas du bâtiment loué par Bolloré Logistics], on est plutôt sur une réglementation par activité, ajoute-t-il. Et, vu la taille du stockage, il devait être soumis à cette réglementation ICPE, au même titre que Lubrizol l’était. »

Pour un entrepôt logistique, c’est la rubrique 1510 de l’ICPE sur le stockage de matières, produits ou substances combustibles dans des entrepôts couverts qui s’applique. A partir de 5.000 m3, le stockage est soumis à déclaration avec les exigences associées. Plus le volume augmente, plus les exigences sont fortes comme pour les installations soumises à autorisation.

Des bonnes pratiques

« Au niveau de la réglementation environnementale, il n’y a pas de spécificités dans ces textes sur le stockage, cela peut être du bois ou des batteries, les prescriptions seront les mêmes », souligne Benoît Sallé. S’il est vrai que les batteries lithium ne sont pas classifiées comme des matières dangereuses, « l’approche est la même sur les bouteilles de gaz », note-t-il, car, « la classification des produits répond à des règles ». Par ailleurs, la réglementation sur le Code du travail s’applique « puisqu’il y a une obligation d’assurer la santé et la sécurité de ses salariés », complète l’expert d’assistance conseil.

Dans un document, l’INRS a détaillé les bonnes pratiques concernant le stockage de batteries lithium. L’institut préconise de stocker dans des zones ou des locaux ventilés, possédant des sols imperméables ou dans des conteneurs étanches pour prévenir la pollution du sol et du sous-sol et être à l’abri de l’humidité, des sources de chaleur et des variations de température. Pour prévenir les incendies, il faut éviter toutes les sources d’inflammation, ne pas choquer les batteries pour limiter au maximum le risque d’emballement thermique ou de dysfonctionnement de la batterie.