Incendie à Notre-Dame: Non, Anne Hidalgo n’a pas vendu le parvis de la cathédrale pour en faire une galerie commerciale

Le parvis de Notre-Dame. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

  • Sur Facebook, un texte complotiste affirmant que « l’incendie de Notre-Dame tombe à pic pour réaliser le projet futuriste de transformation de l’île de la Cité » connaît un grand succès.
  • A l’en croire, le parvis de Notre-Dame a été vendu par Anne Hidalgo à deux entreprises pour en faire une galerie commerciale, conformément à un projet de modernisation du secteur en date de 2016.
  • Il s’agit d’une intox qui avance pêle-mêle des affirmations fausses et les pistes de modernisation envisagées à l’époque d’une mission commandée par François Hollande, alors président de la République.

A qui profite l’incendie de la cathédrale Notre-Dame ? C’est, en substance, la question posée par plusieurs pages et internautes relayant un texte aux accents complotistes. A l’en croire, la reconstruction annoncée du monument devrait permettre de donner forme à un projet de réaménagement de l’île de la Cité présenté en 2016 et détaillé par 20 Minutes à l’époque.

« Notre-Dame : Crime avec préméditation ? L’incendie de Notre-Dame tombe à pic pour réaliser le projet futuriste de transformation de l’île de la Cité ! Hollande et Hidalgo ont demandé à deux architectes fin 2016 d’établir un projet pour la rénovation spectaculaire de l’île de la Cité pour la transformer en zone futuriste, projet repris par Macron… » commence le post Facebook.

« Hidalgo a vendu le parvis de Notre Dame à Auchan et Unibail. […] Des réunions ont été organisées, des maquettes construites, les travaux devant être exécutés à échéance 2024, date des Jeux olympiques. […] Ils veulent remplacer le parvis de Notre-Dame en se contrefichant de l’aspect religieux par une plaque en verre avec des commerces en sous-sol (style forum des halles) et des débarcadères depuis la seine », poursuit le texte publié par la page Facebook « Lanceur d’alerte » et qui reprend dans les grandes lignes un article du « blog de Wendy » en date du 18 avril.

« L’incendie de Notre-Dame va permettre de déclencher par nécessité les travaux de l’ensemble qui avaient initialement été prévus d’une durée de 5 ans (priorité pour les Jeux !) et peut-être affecter une partie des fonds donnés à l’ensemble des travaux de l’île de la Cité » conclut le post partagé près de 7.000 fois, qui cite notamment parmi ses sources un article du Journal du dimanche de 2016 intitulé « A Paris, un projet spectaculaire pour l’île de la Cité ».

Il s’agit toutefois d’un assemblage d’affirmations sans fondement, qui veulent y voir un lien avec le projet présenté en 2016.

FAKE OFF

Fin 2015, François Hollande charge – dans une lettre encore consultable en ligne et en « accord avec Madame Anne Hidalgo, maire de Paris » – l’architecte de renom Dominique Perrault et Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, d’une « mission d’étude et d’orientation sur ce que pourrait être la place de l’île de la Cité à l’horizon des vingt-cinq prochaines années. » L’objectif, selon les termes du président de la République, est clair : en faire un « lieu de vie à proprement parler », en réaction au faible nombre d’habitants et au passage éphémère de nombreux touristes.

« François Hollande avait demandé à ces deux personnalités de réaliser un rapport sur le devenir de l’île de la Cité, à une époque où se posait la question de l’ouverture de certains espaces au public avec le déménagement du tribunal de grande instance dans le 17e arrondissement », indique l’Hôtel de ville à 20 Minutes.

« Cette demande a donné lieu à un audit de l’ensemble des acteurs de l’île de la Cité, dont le recteur de Notre-Dame qui demandait à rendre le parvis plus accueillant pour les pèlerins, en envisageant par exemple un endroit pour accueillir les fidèles, vendre des souvenirs et éviter les files interminables sur le parvis » poursuit-il.

C’est donc au terme de ce travail que les deux hommes remettent leur projet en décembre 2016 à François Hollande. Parmi les idées retenues par la mission, on trouve bien l’installation d’une grande vitre sur le parvis, à l’initiative de Dominique Perrault, qui expliquait à l’époque au JDD : « La façade de pierre de la cathédrale va se refléter sur ce sol en verre, lequel permettra de baigner la crypte archéologique de lumière naturelle, et de faire le lien avec la Seine ».

« Anne Hidalgo n’a évidemment pas vendu le parvis à Auchan ou à Unibail »

Il s’agissait toutefois d’un simple projet, qui n’a donné lieu, à aucun moment, à une validation de la part du chef de l’État. « Depuis sa remise au président de la République en 2016, en raison de l’élection présidentielle puis du changement de président, ce rapport n’a pas été suivi d’effet », indique l’Hôtel de ville à 20 Minutes. Avant d’ajouter : « Anne Hidalgo n’a évidemment pas vendu le parvis à Auchan ou à Unibail. Il n’est pas non plus prévu d’y installer des magasins ou une galerie marchande : elle y est fermement opposée. La maire de Paris a d’ailleurs clairement indiqué, depuis l’incendie, qu’elle est favorable à une reconstruction à l’identique de la cathédrale. »

Contacté par 20 Minutes, le groupe Auchan indique n’avoir « aucun commentaire à apporter par rapport à [une] infox aussi grotesque », tandis qu’Unibail dénonce des « propos […] totalement infondés » tout en confirmant qu’« il n’a jamais été question d’un tel projet ».

Comment les deux groupes se sont-ils retrouvés cités dans cette intox ? Probablement par une reprise d’un post Facebook à charge de Pierre Vivarès, curé de l’église Saint-Paul de Paris, publié le 17 avril et qui débutait en ces termes : « La maire de Paris a « vendu » le parvis de Notre Dame à Auchan et Unibail pour créer le projet des deux îles, après le départ du Palais de justice, du quai des Orfèvres et de l’appauvrissement de l’Hôtel-Dieu. »

Les rumeurs autour de la transformation du parvis de Notre-Dame ont en outre connu un regain d’intensité après l’interview de Dominique Perrault dans Le Point, le 23 avril, dans laquelle il vantait de nouveau les mérites de ce projet.

Mais cette mise en avant n’a pas valeur de concrétisation, comme l’indique le ministère de la Culture à 20 Minutes : « Ses propos ne reflètent que son opinion d’architecte. Le projet de loi discuté ce matin en conseil des ministres engage exclusivement la rénovation de la cathédrale Notre-Dame. Par ailleurs, l’urgence du projet concentre l’ensemble des moyens à la rénovation de Notre-Dame. »

Culture

VIDEO. Incendie de Notre-Dame: La nouvelle loi pour la reconstruction de la cathédrale fait débat

Politique

Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont-ils rigolé de l’incendie de Notre-Dame?

7 partages