Immeubles effondrés à Marseille : L’adjointe au Logement claque la porte et charge Gaudin

Jean-Claude Gaudin et son adjointe au logement, Arlette Fructus lors d’une conférence de presse après le drame d’Aubagne. — GERARD JULIEN / AFP

  • Arlette Fructus était adjointe au Logement à la mairie de Marseille depuis 2008. 
  • Elle a rendu ce lundi sa délégation au maire, Jean-Claude Gaudin.
  • Arlette Fructus regrette le peu de moyens mobilisés par la mairie pour faire face à la crise du logement que connaît Marseille depuis le drame de la rue d’Aubagne.

Arlette Fructus claque la porte. L’adjointe au Logement à la mairie de Marseille depuis 2008 a annoncé ce lundi dans une lettre, que 20 Minutes a pu consulter, qu’elle rendait sa délégation au maire, Jean-Claude Gaudin. En première ligne depuis le drame de la rue d’Aubagne et la mort de huit personnes dans l’effondrement de deux immeubles, dans le quartier de Noailles, il y a un peu plus d’un an, elle a tenu à mettre au clair la situation.

« Mon engagement dans la gestion de la crise consécutive au 5 novembre 2018 a été total. Le sort des personnes évacuées a été ma seule préoccupation et je me suis totalement investie dans l’élaboration de la Charte du relogement des personnes évacuées. Ce document engage la ville et vous engage. Je constate cependant que les moyens attendus pour la mise en œuvre de la charte ne sont pas mobilisés par la ville », écrit-elle à Jean-Claude Gaudin.

« Aucun autre élu n’assiste aux réunions »

Elle regrette par ailleurs « [s]a seule présence sans qu’aucun autre élu n’assiste aux réunions du comité de pilotage du relogement et du comité de suivi de cette charte ». « Les associations et autres collectifs qui participent à ces rendez-vous dénoncent des dysfonctionnements dans l’application de la charte et le non-respect par la ville de ses engagements. Ils ont raison », poursuit-elle.

En rendant sa délégation, Arlette Fructus ne veut plus « endosser des charges qui relèvent d’autres délégations » et ne peut plus accepter que Jean-Claude Gaudin « n’use pas de son autorité pour faire respecter les engagements pris par la Ville envers les signataires de la charte ». Pour finir, elle regrette que « certains essaient de défendre leur bilan, d’autres rêvent de se construire un avenir politique, et pendant ce temps, des élus de base se retroussent les manches et essaient d’êtres utiles ». Le message est on ne peut plus clair à quelques semaines des municipales, lors desquels Jean-Claude Gaudin ne se représentera, après vingt-cinq ans à la tête de Marseille.

Faits divers

Bouches-du-Rhône : Plus de sept tonnes de cigarettes saisies à un péage d’Arles

Société

Marseille : « On nous déclare la guerre », les avocats dénoncent le « racket » de la réforme des retraites

38 partages