Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : Suicide ou négligence ? Le gaz avait été ouvert selon le parquet

Ce ne serait ni une fuite de gaz ​ni un défaut d’entretien qui serait à l’origine de l’explosion puis de l’effondrement mortel d’un immeuble à Sanary-sur-Mer, dans le Var, en pleine nuit, le 7 décembre dernier.

Selon le procureur par intérim de Toulon, Dominique Mirkovic, interrogé par l’AFP, le gaz avait été ouvert par une intervention humaine avant que le drame se produise. Une femme et son bébé logés au dernier étage avaient été extraits vivants des décombres dans la matinée. Le père, âgé d’une trentaine d’années, était décédé.

Suicide ou négligence ?

Les corps d’une femme de 91 ans et de son fils handicapé de 58 ans, habitant au rez-de-chaussée et au premier étage, avaient été retrouvés dans les décombres le lendemain, portant le bilan à trois morts.

« L’intervention humaine ne semble faire aucun doute mais il faudra déterminer si elle est volontaire (notamment suicide) ou involontaire (négligence ou autre) », précise Dominique Mirkovic