Ille-et-Vilaine : La femme retrouvée morte à son domicile avait « peur de son mari »

Son corps sans vie a été découvert le dimanche 22 janvier à son domicile de Pont-Péan, près de Rennes. Une femme âgée de 47 ans a été tuée, succombant « à des violences ». Son compagnon, un maçon âgé de 36 ans, s’était présenté de lui-même au commissariat de police de Rennes (Ille-et-Vilaine) pour annoncer la mort de sa conjointe. Il a été placé en garde à vue mais n’avait pas encore pu être entendu dimanche soir. D’après le procureur de la République, la victime avait déjà dénoncé « les violences verbales » de son mari lors d’un signalement à la gendarmerie.

Elle s’était présentée à la brigade de la Gacilly (Morbihan) le 2 février 2022 pour signaler qu’elle avait quitté le domicile conjugal fin novembre. Elle avait alors expliqué « avoir peur de son mari » précisant cependant qu’il n’exerçait pas « de violences physiques ». La victime avait évoqué un épisode à l’occasion duquel il lui aurait lancé un téléphone portable et un autre au cours duquel il lui aurait arraché un collier.

Mariés depuis 2017

Placé en garde à vue le 22 septembre, l’homme était entendu sur ces faits et rejetait la responsabilité sur la femme. « Il disait qu’au contraire, c’était sa femme qui avait essayé de l’agresser. Et, s’agissant du collier, il évoquait un acte involontaire. La procédure était classée sans suite le jour même pour infraction insuffisamment caractérisée », précise le procureur de la République Philippe Astruc. Les enquêteurs ignorent si la vie de couple avait repris.

Dimanche, le mari de la victime n’avait pas encore pu être entendu. D’après les enquêteurs, il présentait lui aussi des lésions sur le corps. Les dépistages alcoolémie et stupéfiants se sont révélés négatifs. Le maçon qui travaille pour l’entreprise de son frère avait rencontré la victime le 24 novembre 2014 et s’est marié avec elle le 20 mai 2017. Le couple n’avait pas d’enfant.