Île-de-France : Quatre hommes jugés dans le Val-de-Marne pour l’assassinat du boxeur thaï Amadou Ba

Le 3 avril 2018, vers 22h20, le boxeur thaï Amadou Ba avait été atteint par six balles et roué de coups avec une batte de base-ball après avoir dispensé un entraînement de boxe et raccompagné en voiture un élève chez lui. L’homme mourra quelques heures plus tard à l’hôpital.

Ce lundi commence le procès, à la cour d’assises du Val-de-Marne, de quatre hommes dont les trois ex-beaux-frères de la victime pour l’assassinat d’Amadou Ba.

La description d’un guet-apens

L’autopsie avait révélé que le décès a été causé par un « polytraumatisme balistique à l’origine d’une hémorragie interne » et avait noté la présence de « lésions multiples à la tête ».

Un chargeur vide avait été découvert aux pieds de la victime. Selon une témoin de la scène de crime, quatre hommes sont sortis d’une voiture et ont extrait de force Amadou Ba de son véhicule après l’avoir bloquée en se mettant en travers de la route.

Le boxeur était une figure du département

Au cours de l’instruction, Yazid K., l’un des trois frères, inconnu de la justice, a reconnu avoir tiré les coups de feu. « J’ai tiré dans la vitre, j’ai tiré, je ne sais pas, je ne voulais pas que ça en arrive là », a-t-il déclaré devant les enquêteurs, assurant que les trois autres accusés n’étaient pas au courant qu’il était armé. Son frère, Nacer K., a de son côté affirmé avoir porté des coups de batte à la victime.

Cet assassinat, qui a suscité à l’époque beaucoup d’émotion à Créteil, s’est déroulé sur fond de conflit familial avec l’ex-épouse d’Amadou Ba avec qui il s’était marié en 2004, séparé en 2015 et était toujours en instance de divorce en 2018. Ensemble, ils ont eu trois enfants. L’instruction a montré que la séparation était « conflictuelle » et les relations entre les ex-compagnons s’étaient dégradées quelques mois avant les faits.

Un conflit sur fond d’affaire conjugale

Parmi les motifs du conflit, le fait qu’Amadou Ba, qui était alors avec une nouvelle compagne, ne souhaitait plus la garde des enfants, et d’autre part la vente de leur ancienne maison, louée depuis peu par un proche de l’ex-épouse de la victime.

Par ailleurs, quelques jours avant les faits, Amadou Ba avait eu une « violente altercation » avec son ex-beau-frère Djamel K. dans un restaurant. Les investigations ont permis d’établir que la victime « craignait pour sa sécurité » à la suite de cette bagarre.