Huit mois ferme pour violences contre les forces de l’ordre lors d’une manifestation contre les violences policières

Plusieurs miliers de personnes se sont rassemblées à Paris pour dénoncer les violences policières, le 2 juin 2020. — LEWIS JOLY/SIPA

Un homme a été condamné en comparution immédiate à huit mois de prison ferme et incarcéré pour des violences sur les forces de l’ordre en marge de la manifestation organisée mardi dernier à Paris à l’appel du comité de soutien à la famille d’ Adama Traoré.

Cette manifestation, qui a rassemblé au moins 20.000 personnes devant le Tribunal judiciaire de Paris, entendait dénoncer un « déni de justice » dans l’enquête sur la mort de ce jeune homme noir en 2016 après une interpellation. Elle avait été interdite par la préfecture de police mais maintenue par ses organisateurs.

Trois majeurs convoqués

La fin de ce rassemblement avait été émaillée d’incidents sporadiques : jets de projectiles, tirs de gaz lacrymogènes, incendies, manifestants sur le périphérique… A Clichy (Hauts-de-Seine), les vitres d’un poste de police municipale ont été brisées par des manifestants.

Parmi les six autres majeurs qui ont été interpellés au cours de ce rassemblement puis présentés à la justice à Paris, trois sont convoqués pour être jugés le 22 septembre, dont l’un a été placé sous contrôle judiciaire avec l’interdiction de paraître dans le 17e arrondissement, où se trouve le Tribunal judiciaire.

Les trois derniers ont reçu un rappel à la loi d’un délégué du procureur avec également une interdiction de paraître dans le 17e arrondissement.

Justice

Mort d’Adama Traoré : Les juges veulent entendre deux témoins en juillet

Société

Le parquet de Paris ouvre une enquête après la révélation de messages racistes de policiers sur Facebook

2 partages