Homophobie dans les stades : Maracineanu et Le Graët favorables à « une action résolue, adaptée et pragmatique »

La ministre des Sports Roxana Maracineanu et le président de la Fédération française de football Noël Le Graët étaient opposés ces derniers jours sur la question des insultes homophobes dans les stades. — Thomas SAMSON / AFP

La tension est redescendue entre le patron du foot français Noël Le Graët et la ministre des Sports Roxana Maracineanu. Après la surenchère dans les tribunes, le football français a tenté, ce mercredi, de recentrer le débat sur l’homophobie dans les stades, en commençant par mettre autour d’une table les acteurs concernés.

Alors que les tensions entre Noël Le Graët et Roxana Maracineanu avaient atteint leur paroxysme, ce mardi, plusieurs acteurs – supporters, associations de lutte contre l’homophobie, dirigeants sportifs – ont continué à travailler dans l’ombre et sont restés optimistes sur une avancée des discussions.

« On a pu diminuer le fossé qu’il y a entre nous »

Les deux responsables ont également souhaité apaiser le climat mercredi soir, dans un communiqué commun où ils se sont dits tous deux favorables à une « action qui doit être aussi résolue qu’adaptée et pragmatique », invitant « les associations de supporters et les clubs à s’unir » pour « lutter solidairement contre toutes les formes de discrimination ».

Le travail a en parallèle continué dans la journée, sous l’égide de la Ligue de football professionnel (LFP) qui avait convié à une réunion les représentants des supporters et des associations qui luttent contre l’homophobie. Une rencontre qui s’est déroulée « dans un climat de bienveillance », de l’avis unanime des participants et selon la formule du directeur général de la LFP Didier Quillot. « On a pu diminuer le fossé qu’il y a entre nous », a confirmé Bertrand Lambert, président de des PanamBoyz, l’une de ces associations présentes mercredi.

« Il peut y avoir des différences de perception extrêmement importantes »

« Longtemps, on a toléré certains chants dans les stades, aujourd’hui la société ne les accepte plus », a auparavant souligné Nathalie Boy de la Tour, présidente de la Ligue qui s’est démarquée ainsi des récents propos de Noël Le Graët, président de la Fédération française. La présidente de la LFP a proposé que ce dialogue se décline au « niveau local », entre associations de supporters et LGBT.

« Dans l’interprétation des mots, (…) il peut y avoir des différences de perception extrêmement importantes (…) Nos supporters lorsqu’ils s’expriment d’une certaine façon, ne perçoivent pas forcément le caractère directement discriminant des mots qu’ils peuvent donner », a développé la présidente. Mardi, l’incompréhension était montée d’un cran entre Noël Le Graët et Roxana Maracineanu lorsque le premier a différencié lutte contre racisme et homophobie dans les stades, et demandé aux arbitres de ne plus arrêter les matchs en cas de manifestations homophobes en tribune. Une position «erronée», a ensuite jugé la ministre.

Sport

Chants à caractère homophobe: Emmanuel Macron appelle au «discernement»

Sport

Homophobie : La ministre des Sports Roxana Maracineanu « étonnée » des propos du patron du foot français

2 partages