« Hinterland » : Un thriller à Vienne dans les années 1920, expressionnisme et fantastique inclus

Mais que c’est beau ! Hinterland du cinéaste autrichien Stefan Ruzowitzky est plus qu’un excellent thriller dans lequel un vétéran de la Première Guerre mondiale mène l’enquête sur les assassinats brutaux de ses camarades de combat. C’est une œuvre visuellement somptueuse, hommage à l’Expressionnisme allemand, qui magnifie le Vienne des années 1920.

Le héros, joué par le charismatique Murathan Muslu, fait équipe avec une femme médecin légiste (Liv Lisa Fries) pour percer à jour les secrets d’un assassin aussi sadique qu’inventif. « Cette période était très rude pour ces soldats revenant d’un conflit brutal pour découvrir que, loin d’être accueillis en héros, ils étaient considérés comme des criminels dans un pays en crise », explique Stefan Ruzowitzky à 20 Minutes. L’ancien policier, provisoirement réintégré dans ses fonctions, fait les frais de ces comportements suspicieux au point qu’il craint de retourner vivre avec sa famille.

Comme en décalage

Le style pictural du film, volontairement artificiel, correspond à l’état d’esprit du héros qui évolue dans des décors à la fois familiers et fantastiques comme s’il n’avait plus sa place dans le monde où il lui faut survivre. « C’est pour cela que j’ai choisi de tout tourner sur fond bleu et de ne rajouter la ville qu’ensuite grâce à des effets spéciaux », précise le réalisateur. Pour le public aussi, le côté sordide des crimes est contrebalancé par la beauté des images apportant un décalage très réussi au récit. « Cette période charnière de l’histoire de l’Autriche a de nombreux points communs avec celle que nous vivons, insiste Stefan Ruzowitzky. Les gens sont perdus et en quête de certitudes qui vont les mener aux extrêmes et à la Seconde Guerre mondiale quelques années plus tard. »

Cette menace plane sur Hinterland comme sur son héros, homme droit auquel les horreurs vécues pendant la guerre ont apporté une gravité supplémentaire. Le réalisateur, oscarisé en 2008 pour Les Faussaires, livre un film si original qu’on se prend à rêver d’une suite autour du duo d’enquêteurs. « Ce n’est pas exclu, précise-t-il. Cela serait intéressant de les faire évoluer dans d’autres époques et d’autres formats visuels. » La réussite d’Hinterland donne envie que ce projet prenne vie au plus vite.