Hauts-de-France : Pas d’augmentation des tarifs TER en janvier, mais après…

Ô prix suspend ton envol. Par la force des choses, la SNCF est particulièrement impactée par la hausse des coûts de l’énergie, notamment l’électricité. Mécaniquement, le transporteur ferroviaire a donc prévu de revoir ses tarifs à la hausse dès janvier 2023, notamment ses contrats avec les régions pour les services de TER. Pour les usagers, cela augure d’une augmentation des billets et abonnements dans des proportions encore inconnues. Sauf pour la région Hauts-de-France où, selon nos informations, les tarifs devraient rester inchangés en janvier.

Alors que la SNCF a annoncé, ce vendredi, qu’elle prolongeait de dix jours son plan de transports adapté (PTA) instauré pour les vacances de la Toussaint dans les Hauts-de-France. Alors qu’à la suppression des 136 trains quotidiens prévue par ce PTA il faut ajouter une soixantaine de suppressions plus aléatoires. Alors que le patron de la région, Xavier Bertrand, s’est fendu, le même jour, d’un énième courrier au PDG du transporteur ferroviaire pour se plaindre de la qualité du service TER, il y a tout de même une bonne nouvelle. Non, les billets et abonnements TER n’augmenteront pas en Hauts-de-France en janvier prochain a assuré à 20 Minutes une source très proche du dossier.

Privilégier le TER plutôt que les chasseurs

Du côté de la SNCF, on se contente de nous répondre que « la région Hauts-de-France n’a exprimé aucune demande au TER Hauts-de-France quant à une augmentation du prix des billets ». Pour autant, cela veut-il dire que les tarifs des billets seront gelés pour toute l’année 2023 ? Rien n’est moins sûr. Interrogée sur cette question, notre source proche du dossier explique de cela « dépend de beaucoup d’éléments » dont elle « ne dispose pas aujourd’hui. »

Une incertitude qui ne convient pas aux opposants écologistes de Xavier Bertrand : « Si on se vante de ne pas augmenter les prix en janvier pour le faire deux mois après, à quoi cela rime ? », s’interroge Katy Vuylsteker, élue du groupe « Pour le climat, pour l’emploi » à la Région. En effet, selon les écologistes, en plus d’être inéluctable, la hausse des prix des TER doit s’inscrire dans le temps. « Imaginer que les prix de l’énergie vont baisser est illusoire, c’est pour cette raison qu’il faut anticiper des budgets pour y faire face durablement », poursuit l’élue. Et pour ça, les écologistes ont une solution, du moins un début de solution : revoir l’attribution de certaines subventions. Dans leur ligne de mire, les 170.000 euros alloués à une association anti éoliennes ou encore les 647.000 euros attribués à la fédération régionale des chasseurs. « Je peux déjà vous dire que ça ne suffira pas, mais il faut bien commencer par quelque chose », reconnaît Katy Vuylsteker.