Guerre en Ukraine : Violents combats dans le Donbass, victimes civiles… Le conflit en quatre infographies

L’armée russe continue son offensive sur l’Ukraine. Moscou concentre à présent ses forces à l’est et au sud du pays. La ville de Severodonetsk fait notamment l’objet d’une âpre bataille. 20 Minutes fait le point sur la guerre en Ukraine en quatre infographies.

La progression lente des forces russes au 114e jour de guerre

La carte de la situation en Ukraine, vendredi 17 juin 2022.
La carte de la situation en Ukraine, vendredi 17 juin 2022. – Simon MALFATTO, Sophie RAMIS, Kenan AUGEARD / AFP

Les soldats ukrainiens se battent avec acharnement dans le Donbass (est), dont les Russes veulent prendre le contrôle. La Russie a « déjà perdu sur le plan stratégique » et « ne prendra jamais le contrôle » du pays, a estimé le chef d’état-major des armées britannique, l’amiral Tony Radakin.

« Le président Poutine a utilisé 25 % de la puissance de son armée pour engranger des gains territoriaux minuscules », a estimé le militaire dans des propos rapportés par l’agence britannique PA. Les forces russes ont tenté de retrouver une dynamique sur l’axe de Popasna, « d’où ils espèrent encercler la poche de Severodonetsk depuis le sud », estime le ministère britannique de la Défense.

Selon l’Institut américain pour l’étude la guerre (ISW), elles lancent des assauts au sol contre les positions ukrainiennes et les lignes de communication vers Lyssytchansk. L’ISW fait aussi état d’affrontements au nord et nord-est de la ville de Kharkiv (nord-est), mais sans modification des possessions territoriales.

Le Donbass dans une situation « extrêmement alarmante »

Carte de l'Est de l'Ukraine avec un zoom sur les localités de Severodonetsk et Lyssytchansk, au 13 juin au soir.
Carte de l’Est de l’Ukraine avec un zoom sur les localités de Severodonetsk et Lyssytchansk, au 13 juin au soir. – Paz PIZARRO, Cléa PÉCULIER, Kenan AUGEARD / AFP

Vendredi, l’ONU a souligné que « la situation humanitaire dans toute l’Ukraine, en particulier dans l’est du Donbass, est extrêmement alarmante et continue de se détériorer rapidement ». Selon Ocha, l’agence humanitaire de l’ONU, la situation est « particulièrement préoccupante » à Severodonetsk et dans ses environs.

Les combats se concentrent depuis plusieurs semaines sur Severodonetsk et Lyssytchansk, deux villes clefs pour le contrôle du Donbass, soumises à des bombardements constants. La grande usine chimique Azot de Severodonetsk, où environ 500 civils ont trouvé refuge aux côtés de militaires ukrainiens, est impossible à évacuer sans « cessez-le-feu complet » en raison de « bombardements et combats constants », a déclaré vendredi le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

L’épineux problème des céréales ukrainiennes

Graphique montrant les trajets des bateaux chargeant des céréales d'Ukraine depuis les ports fluviaux ukrainiens d'Izmaïl et Reni, à la frontière avec la Roumanie.
Graphique montrant les trajets des bateaux chargeant des céréales d’Ukraine depuis les ports fluviaux ukrainiens d’Izmaïl et Reni, à la frontière avec la Roumanie. – Sophie RAMIS, Sylvie HUSSON / AFP

L’Ukraine était, avant l’invasion russe, le plus important producteur mondial d’huile de tournesol et l’un des principaux exportateurs de blé, et des millions de tonnes de céréales sont actuellement bloquées, faute de pouvoir les exporter en raison du blocus russe. A l’issue de sa visite en Ukraine, le président français Emmanuel Macron a déclaré qu’il était possible qu’il prenne contact avec Moscou à ce sujet.

Il a toutefois assuré que ce n’était pas le scénario le plus probable et qu’un plan, notamment avec la Roumanie, qui partage une frontière avec l’Ukraine, était en train de se mettre en place. Kiev exporte actuellement deux millions de tonnes de céréales par train chaque mois, mais cela reste largement en dessous de ce que le pays exporte habituellement.

Des milliers de civils tués

Carte d'Ukraine pointant les victimes civiles recensées par l'ONG Acled entre le début du conflit le 24 février et le 10 juin.
Carte d’Ukraine pointant les victimes civiles recensées par l’ONG Acled entre le début du conflit le 24 février et le 10 juin. – Laurence SAUBADU, Sabrina BLANCHARD, Kenan AUGEARD / AFP

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit et les chiffres qui sont confirmés par des organismes internationaux sont probablement drastiquement inférieurs à la réalité. Pour la seule ville de Marioupol (sud-est), tombée en mai au terme d’un terrible siège, les autorités ukrainiennes avaient évoqué quelque 20.000 morts.

​ 

Sur le plan militaire, des sources de sécurité occidentales parlent désormais de 15.000 à 20.000 soldats russes tués. Les forces ukrainiennes perdent chaque jour une centaine de soldats, selon Kiev. De son côté, l’armée russe a affirmé vendredi qu’un peu moins de 7.000 « mercenaires étrangers » issus de 64 pays étaient arrivés en Ukraine depuis le début du conflit et que près de 2.000 d’entre eux avaient été tués.