Guerre en Ukraine : Un tournant dans le conflit après l’avancée des pourparlers entre les délégations russe et ukrainienne ?

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ?  Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Alors qu’ils s’embourbaient depuis des jours, les pourparlers entre négociateurs russes et ukrainiens à Istanbul semblent avoir enfin porté leurs premiers fruits. En effet, le vice-ministre russe de la Défense, Alexandre Fomine a déclaré que « l’activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv » allait être « radicalement » réduite. La Russie aurait pris cette décision considérant que « les négociations sur un accord sur la neutralité et le statut non-nucléaire de l’Ukraine » étaient en bonne voie.

Après trois heures de discussions au palais de Dolmabahçe le chef de la délégation russe et représentant du Kremlin, Vladimir Medinski, a pour sa part fait état de « discussions substantielles » et dit que les propositions « claires » de Kiev seraient « étudiées très prochainement et soumises au président » Vladimir Poutine. Il a estimé qu’un sommet entre ce dernier et son homologue Volodymyr Zelensky serait possible en cas d’accord – une demande de Kiev que Moscou avait toujours écarté.

Même optimisme coté ukrainien. Le négociateur en chef ukrainien, David Arakhamia, a également déclaré que les résultats de la réunion étaient « suffisants » pour envisager une rencontre entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky. Les négociateurs demandent cependant un « accord international » garantissant la sécurité du pays.

La phrase

Les conditions ne sont pas réunies à ce stade

Emmanuel Macron s’est entretenu avec Vladimir Poutine au téléphone afin de lui présenter un plan d’évacuation des civils de la ville de Marioupol, assiégée par l’armée russe. Malheureusement, face à la réaction de son homologue russe, l’Elysée n’a pu que reconnaître que les conditions pour lancer cette opération dans les prochains jours ne « sont pas réunies à ce stade ».

Le chiffre

9. Neuf personnes ont été tuées et 28 autres blessées dans la frappe de missile russe qui a littéralement éventré l’imposant bâtiment de l’administration régionale de Mykolaïv dans la matinée.

La tendance du jour

L’avancée des pourparlers semble avoir redonné espoirs aux marchés. Les entreprises les plus exposées à la Russie ont ainsi vu leur cours bondir comme Renault (+10,16 %), la Société Générale (+7,68 %) ou encore Alstom (+6,62 %). Les monnaies ne sont pas en reste avec un rouble à +10,5 % et l’euro à +1,2 %. Les bourses européennes ont elles fini en forte hausse : Paris +3,08 % et Francfort +2,79 %.

Washington reste néanmoins méfiant, doutant encore du « réel sérieux » de la Russie dans les négociations, alors que Joe Biden s’entretenait par téléphone aujourd’hui avec les différents dirigeants européens. Le gouvernement britannique est aussi sur ses gardes et a averti la Russie qu’il la jugerait « sur ses actes, pas ses paroles ».