Guerre en Ukraine : Un « camion crématorium » déployé pour « dissimuler » les pertes de l’armée russe ? Prudence…

Après une escalade de tensions dans l’Est de l’Europe, la Russie a finalement lancé une opération militaire contre l’Ukraine ce jeudi. Depuis, sur Twitter, circulent des images « de crématoriums mobiles » déployés par Moscou. Partagé près de 6.500 fois à l’heure où nous écrivons ces lignes, un tweet de l’homme d’affaires américain Bill Browder assure que « ces camions suivent les troupes russes au combat afin qu’elles puissent dissimuler les preuves des victimes ».

Dans son message, il cite un article du Daily Telegraph titrant « Russia deploys mobile crematoriums to follow its troops into battle ». Comprenez : « La Russie déploie des crématoriums mobiles pour suivre ses troupes au combat. » Des crématoriums mobiles suivent-ils vraiment les soldats russes en Ukraine depuis ce jeudi ? On fait le point.

FAKE OFF

Si le titre de l’article du Telegraph laisse à penser que ces engins sont déployés par la Russie depuis le début de l’invasion ukrainienne, la suite de l’article est en fait bien plus nuancée. En réalité, nos confrères britanniques citent dans cet article le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, sur les craintes que lui inspirent ces véhicules.

Les qualifiant « d’effrayant », le ministre de la Défense ne formule qu’une hypothèse sur leur utilisation. « Ben Wallace, le secrétaire à la Défense, suggère que les incinérateurs montés sur véhicule vont être utilisés pour cacher des preuves de pertes sur le champ de bataille », précise rapidement le Daily Telegraph. L’utilisation du verbe « suggérer » montre que ce n’est pour le moment qu’une supposition.

Mais d’où vient cette crainte ? Selon Ben Wallace, l’utilisation de ce véhicule peut permettre au Kremlin de dissimuler les pertes des soldats et ainsi « d’évaporer » les militaires tués au combat. Les crématoriums mobiles ont bien été utilisés dans le passé par la Russie lors de précédents conflits en Ukraine. C’est ce qu’explique le secrétaire à la Défense quand il dit, dans les colonnes du Telegraph : « Nous nous attendons à voir certaines choses déjà faites auparavant. »

En 2015, lors de la guerre du Donbass, la chaîne américaine Bloomberg avait révélé l’utilisation de ces crématoriums mobiles. Elle citait alors les propos de l’ancien président de la commission des Forces armées de la Chambre des représentants des Etats-Unis, selon lequel l’armée de Vladimir Poutine tente « de cacher non seulement au monde, mais au peuple russe leur implication ». Le Kremlin niait à l’époque toute implication en Ukraine. « Les dirigeants russes sont de moins en moins capables de dissimuler le fait que des soldats russes combattent – et meurent – en grand nombre dans l’est de l’Ukraine », accusait le secrétaire général de l’Otan de l’époque, Alexander Vershbow, cité également par Bloomberg.