Guerre en Ukraine : Soutien à l’adhésion à l’UE, promesses de livraisons d’armes… Visite historique des dirigeants européens

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Le président français, Emmanuel Macron, le chancelier allemand, Olaf Scholz, et le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, sont arrivés en train à Kiev, jeudi 16 juin, dans la matinée. Rejoints par le président roumain, Klaus Iohannis, les trois leaders se sont rendus à Irpin, ville dévastée lors des combats.

Les Russes « ont détruit des écoles maternelles, des terrains de jeux. Tout sera reconstruit », a affirmé le chef du gouvernement italien, dans cette banlieue de Kiev dévastée dans les premières semaines de l’invasion russe de l’Ukraine. La ville d’Irpin a été détruite à 75 % et près de 30.000 Ukrainiens, qui avaient fui, sont revenus.

La phrase du jour

Il faut se représenter l’héroïsme de l’armée, mais aussi de la population ukrainienne. »

Emmanuel Macron a salué le courage des Ukrainiens, militaires comme civils, au terme de sa visite à Irpin ce jeudi. Le président français a aussi évoqué les « crimes de guerre » et les « massacres » qui ont eu lieu dans cette ville.

Le chiffre du jour

6. « Au-delà des 12 Caesar déjà livrés, j’ai pris la décision de livrer six Caesar additionnels », a annoncé le président français après s’être entretenu avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, à Kiev.

La tendance du jour

Les dirigeants français, allemand, italien et roumain sont tous pour l’octroi « immédiat » à l’Ukraine du statut officiel de candidat à l’entrée dans l’Union européenne, a déclaré le président français Emmanuel Macron depuis Kiev. L’UE doit décider la semaine prochaine d’accorder ou non à l’Ukraine ce statut de candidat, première étape d’un processus de négociations qui peut durer des années. La Commission doit faire connaître sa recommandation vendredi.

Emmanuel Macron a de nouveau assuré à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky : « L’Europe est à vos côtés, elle le restera autant qu’il faudra ». « L’Ukraine fait partie de la famille européenne » a assuré, de son côté, le chancelier allemand. Les dirigeants ont toutefois rappelé que le processus d’adhésion était long.

« Les Ukrainiens ont déjà mérité le droit de se mettre sur cette voie et d’obtenir le statut de candidat » à une adhésion, a réagi le président ukrainien. Et « le pays est prêt à faire tout le nécessaire pour devenir membre de plein droit de l’Union européenne », a assuré de son côté Volodymyr Zelensky.