Guerre en Ukraine : Plus de 7 millions de foyers privés d’électricité, et des prisonniers de guerre torturés

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

De Lviv à Kharkiv en passant par Kiev, la situation du réseau électrique est « critique » ce mardi en Ukraine, a déploré la présidence ukrainienne. A la suite de frappes russes contre des infrastructures énergétiques dans plusieurs régions qui ont fait au moins un mort à Kiev, plusieurs grandes villes ukrainiennes se retrouvent privées d’électricité.

« Dans la capitale, au moins la moitié des [habitants] sont sans électricité », a indiqué le maire de la capitale Vitaly Klitschko, sur Telegram. L’opérateur national « a déclenché des coupures de courant d’urgence dans toute l’Ukraine », notamment à Kiev, « pour équilibrer le réseau », a-t-il ajouté. Au total, plus de sept millions de foyers ukrainiens se retrouvent privés d’électricité ce mardi.

La phrase du jour

Tous les problèmes proviennent de la partie ukrainienne qui refuse catégoriquement des négociations et avance des revendications manifestement irréalistes »

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a accusé mardi l’Ukraine d’empêcher la tenue de négociations de paix en réclamant que les troupes russes quittent au préalable son territoire. Il a affirmé l’avoir signifié au président français Emmanuel Macron et au chancelier allemand Olaf Scholz lors « de courtes conversations » au cours du sommet du G20, qui se tient actuellement à Bali, en Indonésie.

Le chiffre du jour

100. La Russie a tiré « environ » 100 missiles sur l’Ukraine mardi, touchant plusieurs infrastructures énergétiques essentielles dans différentes régions, a affirmé un porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne.

« Environ 100 missiles ont été tirés (…) depuis la mer Caspienne, la région [russe] de Rostov », et aussi « depuis la mer Noire », a indiqué Iouri Ignat, porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne, en direct à la télévision ukrainienne, précisant qu’« à ce stade, l’utilisation de drones d’attaque n’a pas été enregistrée ».

La tendance du jour

De nombreux prisonniers de guerre capturés par les deux parties en conflit en Ukraine depuis l’invasion russe sont soumis à la torture et aux mauvais traitements, a alerté l’ONU mardi. Matilda Bogner, qui dirige la Mission de surveillance des droits humains en Ukraine, a longuement décrit les sévices subis des deux côtés par les prisonniers de guerre, dont certains sont entassés dans des camions, d’autres tabassés ou dénudés ou encore torturés à l’électricité.

Au cours des derniers mois, la mission a interrogé 159 prisonniers de guerre (139 hommes et 20 femmes) détenus par la Russie et ses groupes armés affiliés et 175 prisonniers de guerre (tous des hommes) capturés par l’Ukraine.

La mission a bénéficié d’un accès sans entrave aux lieux d’internement des prisonniers de guerre contrôlés par le gouvernement ukrainien, mais l’ONU, malgré ses demandes, n’a toujours pas obtenu d’accès confidentiel aux prisonniers de guerre internés par la Russie et ses groupes armés affiliés. La mission a toutefois rencontré des prisonniers de guerre ukrainiens qui avaient été libérés.

Matilda Bogner a expliqué que ceux qui étaient détenus par les forces russes étaient torturés de façon « assez systématique ». « La grande majorité » des personnes interrogées capturées par les forces russes et ses groupes armés alliés « nous ont dit avoir été torturées et maltraitées pendant leur internement », a-t-elle ajouté. Non seulement pour leur extorquer des informations, mais aussi pour les « intimider et humilier » au quotidien.