Guerre en Ukraine : Moscou se rapproche de Pékin et allonge sa liste des organisations terroristes

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en somme nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Ils sont des héros pour les Ukrainiens, mais des terroristes pour les Russes. Le régiment ukrainien Azov, célèbre pour avoir défendu Marioupol en Ukraine, a été classé comme « organisation terroriste » par la Cour suprême russe. Une classification qui pourrait valoir de très lourdes poursuites à ses combattants faits prisonniers par la Russie.

Après des semaines de combats et de bombardements intenses, les derniers défenseurs de Marioupol, retranchés dans l’usine Azovstal, s’étaient finalement rendus en mai dernier. Le Kremlin et les médias publics russes accusent le régiment Azov d’être un groupe néonazi ayant commis des crimes de guerre et menacent de punir très sévèrement ses membres.

La phrase

Tous les peuples qui habitaient autrefois la grande et puissante URSS vivront à nouveau ensemble, dans l’amitié »

La phrase est signée Dmitri Medvedev, l’ancien président de la Russie. Une déclaration qui montre toute la nostalgie qui anime les dirigeants russes vis-à-vis de l’ancienne URSS. Toutefois, l’intéressé a nié avoir vraiment publié ces mots sur les réseaux sociaux, criant au piratage de son compte.

Le chiffre

10 millions. C’est le nombre de personnes qui ont fui la guerre en Ukraine et ont franchi la frontière pour se réfugier dans un autre pays, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. Elle précise qu’il s’agit principalement d’enfants, de femmes et de personnes âgées, pour qui c’est peut-être le plus difficile.

La tendance du jour

La tension monte entre les Etats-Unis et la Chine, et Moscou y ajoute son grain de sel. Allié de Pékin, la Russie a accusé les Américains de « déstabiliser le monde » en provoquant des tensions autour de Taïwan.

Alors que Nancy Pelosi se rend à Taïwan mardi, le Kremlin a rappelé sa « solidarité » avec la Chine. « Au lieu de respecter la sensibilité [de Pékin sur Taïwan], les Etats-Unis choisissent malheureusement la voie de la confrontation, ce qui n’annonce rien de bon », a lancé le porte-parole, Dmitri Peskov.