Guerre en Ukraine : Moscou frappe Marioupol et Tcherniguiv, douchant les espoirs d’un tournant après les négociations en Turquie

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? De Marioupol à Kiev, où en sommes-nous, ? La réponse ci-dessous

L’info du jour

Un bâtiment du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été la cible de bombardements  russes à Marioupol, port stratégique assiégé du Sud-Est de l’Ukraine, a affirmé mercredi une responsable ukrainienne.

« Les avions et l’artillerie ennemis ont bombardé le bâtiment, marqué d’une croix rouge sur fond blanc, ce qui équivaut à la présence de blessés, de matériel civil ou humanitaire », a-t-elle poursuivi, ajoutant une image aérienne d’un bâtiment au toit marqué d’une croix rouge. « Pour l’instant, nous n’avons pas d’informations concernant les victimes », a-t-elle indiqué.

Une porte-parole de la Croix-Rouge à Genève a confirmé que l’image présentée montrait un entrepôt du CICR à Marioupol. « Nous n’avons pas d’équipe sur le terrain donc nous n’avons pas d’autres informations, y compris sur les victimes ou les dégâts potentiels », a-t-elle dit. D’après elle, toute l’aide humanitaire entreposée dans le bâtiment avait déjà été distribuée.

La phrase du jour

 Vladimir Poutine a créé cette crise alimentaire mondiale »
 

L’accusation vient de la numéro deux de la diplomatie américaine Wendy Sherman lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation humanitaire en Ukraine. Elle a insisté sur un risque de « famine » après l’invasion du « grenier à blé de l’Europe » et souligné que le dirigeant russe est le seul qui peut « arrêter » cette  crise alimentaire.

Le chiffre du jour

4 millions.

La barre a été franchie ce mercredi. Plus de 4 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays depuis l’invasion par l’armée russe le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés ce mercredi. La  Pologne accueille, à elle seule, plus de 2,3 millions de ces personnes.

La tendance du jour

L’espoir retombe. Alors que les marchés avaient frémi positivement à l’idée d’une avancée dans les pourparlers russo-ukrainiens, leurs espérances ont été douchées ce mercredi. Tcherniguiv, au nord de Kiev, a continué à être pilonnée dans la nuit de mardi à mercredi par l’armée russe, malgré l’engagement par Moscou d’y réduire « radicalement » son activité militaire.

Les forces russes ont « vraisemblablement abandonné leurs efforts d’encercler Kiev à l’heure qu’il est, même si elles continuent de se battre pour maintenir leurs positions actuelles sur les deux rives de la rivière Dniepr », selon l’Institut pour l’étude de la guerre (ISW).

Les pourparlers entre des délégations russe et ukrainienne à Istanbul mardi n’ont donné lieu à rien de « très prometteur » ni à aucune « percée », a déclaré mercredi le  Kremlin. « Pour l’instant, nous ne pouvons pas faire état de quoi que ce soit de très prometteur ou d’une percée quelconque. Il y a beaucoup de travail à accomplir », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.