Guerre en Ukraine : L’Occident choqué après la découverte de civils abattus à Boutcha, Moscou dément formellement

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

La découverte de dizaines de cadavres de civils à Boutcha, ville de la banlieue de Kiev abandonnée par l’armée russe, choque les Occidentaux. En reprenant la ville, les soldats ukrainiens ont en effet découvert des civils morts, les mains attachées par du tissu blanc, parfois jonchant les rues. La cause de la mort n’est pas encore établie pour tous, mais certains auraient reçu une balle dans la tête. Une fosse commune regroupant 57 cadavres a également été découverte par les forces ukrainiennes. Au total, le bilan de civils retrouvés morts dans les  territoires libérés s’élevait à 410 en fin de journée.

A la suite de Volodymyr Zelensky, qui a accusé la Russie de se livrer à un « génocide » en Ukraine, de nombreux dirigeants occidentaux ont réagi. Liz Truss, ministre britannique des Affaires étrangères, a été la première à qualifier ces faits de « crime de guerre », pour lesquels elle demande une enquête de la Cour pénale internationale. Berlin puis Paris se sont alignés sur cette demande, sans toutefois que Jean-Yves Le Drian et Emmanuel Macron ne reprennent le terme de « crime de guerre ».

Mais les intentions des Occidentaux sont claires. « Les autorités russes devront répondre de ces crimes », affirme Emmanuel Macron, imité par le chef du gouvernement italien Mario Draghi. L’Otan et l’Union européenne ont également dénoncé les exactions manifestement commises par l’armée russe. De nouvelles sanctions pourraient être prises contre la Russie.

La phrase du jour

 « Pendant la période au cours de laquelle cette localité était sous le contrôle des forces armées russes, pas un seul résident local n’a souffert d’actions violentes »
 

Le ministère russe de la Défense dément formellement avoir tué des civils à Boutcha et dans les autres villes autour de Kiev​ au moment du départ de ses troupes. Le ministère a ajouté dans un communiqué que tous les habitants « avaient eu la possibilité de quitter librement » la localité « vers le nord », alors que les banlieues sud de la ville « étaient la cible de tirs des troupes ukrainiennes 24 heures sur 24 », et que l’armée russe avait distribué 452 tonnes d’aide humanitaire aux civils dans ce secteur.

Le communiqué affirme en outre que les images de cadavres dans les rues de la ville sont « une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux ». Sur Internet, certains s’appuient sur une vidéo filmée par des soldats ukrainiens, expliquant voir la main d’un mort bouger. Un simple reflet sur la vitre du véhicule utilisé par les Ukrainiens en réalité.

Le chiffre du jour

537.000. C’est le nombre d’Ukrainiens qui sont revenus au pays après avoir fui dans un premier temps, selon le ministère de l’Intérieur ukrainien. 88.000 d’entre eux seraient arrivés la semaine dernière.

La tendance du jour

Alors que les positions des négociateurs ukrainiens et russes semblaient s’être rapprochées sur la question du statut neutre de l’Ukraine, l’actualité a été complètement accaparée par la découverte des cadavres de civils à Boutcha. Les demandes de plusieurs dirigeants européens d’une enquête de la Cour pénale internationale viennent s’ajouter à celle de Carla Del Ponte, ancienne procureure à La Haye, qui souhaite un mandat d’arrêt international contre Vladimir Poutine.

Par ailleurs, la reprise de ces territoires autour de Kiev confirme le revirement stratégique de la Russie, qui entend concentrer ses forces dans l’Est et le Sud du pays. L’armée russe continue toutefois de bombarder des villes situées loin du front. Odessa a ainsi été touchée par plusieurs frappes très tôt ce dimanche matin, visant une raffinerie et un dépôt de carburant.