Guerre en Ukraine : L’horreur sous terre à Marioupol et des Nasams pour « un ciel plus sûr »

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous.

L’info du jour

Ils sont arrivés ! L’Ukraine a annoncé lundi avoir reçu de la part des Etats-Unis, de l’Espagne et de la Norvège de nouveaux systèmes de défense antiaérienne, destinés à contrer les bombardements massifs de la Russie visant les infrastructures critiques.

« Les systèmes de défense aérienne Nasams et Aspide sont arrivés en Ukraine ! Ces armes renforceront considérablement l’armée ukrainienne et rendront notre ciel plus sûr, a indiqué sur Twitter le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov. Nous continuerons à abattre les ennemis qui nous attaquent. Merci à nos partenaires. »

L’Ukraine réclame depuis des semaines des livraisons de systèmes modernes de défense antiaérienne à ses alliés occidentaux, alors que Moscou a multiplié les frappes sur les infrastructures d’électricité et d’eau, provoquant des coupures massives à l’approche de l’hiver. D’autres pays tels que l’Allemagne ou la France ont déjà fourni des systèmes antiaériens à Kiev.

La phrase du jour

Nous parlerons avec le prochain dirigeant de [la Russie]. »

« L’Ukraine n’a jamais refusé de négocier. Notre position de négociation est connue et ouverte », a déclaré un conseiller de Volodymyr Zelensky, Mykhailo Podolyak sur Twitter. Il a par ailleurs affirmé que la Russie devrait d’abord retirer ses troupes d’Ukraine : « Est-ce que Poutine est prêt ? Evidemment pas. Par conséquent, nous sommes constructifs dans notre évaluation : nous parlerons avec le prochain dirigeant de [la Russie] », a-t-il ajouté. Volodymyr Zelensky avait déjà rapidement balayé toute possibilité de discussions avec Moscou, dénonçant « la rhétorique préparée » de Vladimir Poutine. Il avait été encore plus catégorique fin septembre, assurant que l’Ukraine ne négocierait pas avec la Russie tant que Vladimir Poutine est président.

Le chiffre du jour

1.500. C’est le nombre de tombes découvertes grâce à des images satellites près de Marioupol, selon la BBC. La ville est sous occupation russe depuis mai. Au moins 20.000 personnes ont été tuées à Marioupol depuis le début de la guerre et 90 % de ce port stratégique a été détruit, d’après Kiev.

La tendance du jour

La ville de Kiev est plongée dans le noir. Depuis le 10 octobre, le système électrique ukrainien est lourdement affecté par de multiples frappes russes qui ont visé des sites énergétiques. Afin d’éviter un « black-out » total, l’opérateur national Ukrenergo a donc mis en place des coupures d’électricité programmées, dans la capitale comme dans de nombreuses villes et régions d’Ukraine. Dimanche à Kiev, même des quartiers proches de la présidence ukrainienne dans le centre-ville, jusque-là épargnés, ont ainsi aussi été privés momentanément d’électricité, a constaté l’AFP.

Par ailleurs, la compagnie nationale d’électricité Ukrenergo prévoit un nouveau « déficit énergétique » pour ce lundi et des coupures tournantes de 6 heures jusqu’au soir. Selon l’opérateur, « la consommation devrait être réduite de 30 % » pour stabiliser le réseau.