Guerre en Ukraine : L’hiver est arrivé à Kiev et l’accord céréalier repart

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

L’hiver est arrivé. La neige a fait son entrée en Ukraine ce jeudi, notamment, la capitale, alors que le pays subit d’importantes coupures d’électricité après de lourdes frappes russes sur les infrastructures énergétiques. La neige recouvrait notamment les voitures stationnées dans les rues de la ville, où de nombreux quartiers étaient privés de courant dans la matinée. Le gouverneur régional, Oleksiï Kouleba, a prévenu mercredi que la semaine à venir serait « difficile », avec des températures qui pourront descendre « jusqu’à – 10 °C », alors que plusieurs villes ukrainiennes, dont Kiev, ont été une nouvelle fois ciblées jeudi par des frappes russes.

L’opérateur électrique national Ukrenergo a annoncé la prolongation des coupures d’électricité pour la journée en raison de l’« aggravation de la situation ». « En raison d’un refroidissement brutal, la consommation d’électricité a augmenté dans les régions d’Ukraine » ce qui a « compliqué davantage la situation déjà difficile dans le système électrique », entraînant de « plus vastes restrictions » de la consommation de l’énergie à travers le pays, a déploré Ukrenergo.

La phrase du jour

Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Nous ne savons pas avec certitude. Le monde ne le sait pas. »

Après avoir affirmé avec certitude que le missile tombé en Pologne mardi, faisant deux morts, venait de la Russie, le président ukrainien a mis de l’eau dans son vin affirmant qu’il ne « savait pas ce qu’il s’est passé ». « Je suis sûr que c’était un missile russe, je suis sûr que nous avons tiré depuis des systèmes de défense aérienne », a-t-il néanmoins ajouté. « Il est impossible d’affirmer quelque chose de précis aujourd’hui. Ce n’est qu’après l’enquête qu’il sera possible de tirer des conclusions » sur l’origine du tir, a-t-il poursuivi.

Peu importent les conclusions de l’enquête, les puissances occidentales ont insisté sur la responsabilité de Moscou, du fait de son invasion de l’Ukraine. « Quelle que soit la conclusion de l’enquête, nous savons déjà la partie qui porte la responsabilité ultime pour cet incident tragique : la Russie », a ainsi tranché le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

Le chiffre du jour

120 jours de sursis. L’accord permettant les exportations de céréales ukrainiennes depuis les ports d’Ukraine a été reconduit pour les quatre mois d’hiver, levant les inquiétudes sur une possible crise alimentaire mondiale. Les quatre parties impliquées dans cet accord, la Turquie, l’Ukraine, la Russie et les Nations unies, ont confirmé jeudi la poursuite de cette entente, « sans aucun changement » a précisé la diplomatie russe dans un communiqué.

Le président turc, l’un des artisans de cet accord, a aussi fait valoir « l’importance et le bénéfice » de cet accord « pour l’approvisionnement et la sécurité alimentaire dans le monde, avec près de 500 bateaux et plus de 11 millions de tonnes de céréales et de produits alimentaires » livrés depuis l’été. Sur Twitter, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rappelé que Kiev avait proposé de « prolonger indéfiniment l’Initiative de la mer Noire ». « C’est vital pour la stabilité », a-t-il insisté.

La tendance du jour

Recep Tayyip Erdogan s’est par ailleurs voulu rassurant concernant une utilisation de l’arme nucléaire dans le conflit ukrainien. « Selon les informations que j’ai reçues de la part de mon directeur du renseignement concernant les Etats-Unis et la Russie, aucune des deux parties ne sera tenté d’utiliser l’arme nucléaire » a affirmé le chef d’Etat turc.

Le patron de la CIA William Burns avait, en début de semaine, mis en garde le chef des renseignements russes contre les conséquences d’un recours à l’arme nucléaire que la Russie a menacé d’utiliser en Ukraine, a rapporté la Maison-Blanche.