Guerre en Ukraine : Le bilan s’alourdit à Dnipro, l’UE qualifie l’attaque russe de « crime de guerre »

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’actu du jour

Le bilan est alarmant, et le nombre de morts n’en finit plus de grimper. Lundi, quarante morts sont à déplorer après le bombardement russe d’un immeuble résidentiel à Dnipro deux jours avant.

Les équipes de secours ont comptabilisé 75 blessés. Plus de 30 personnes restent recherchées alors que les opérations de sauvetage se poursuivent dans les décombres, pour tenter de retrouver des survivants.

Le Kremlin nie être responsable de cette frappe et rejette la faute sur les Ukrainiens.

La phrase du jour

Les attaques intentionnelles contre des civils sont des crimes de guerre et ceux qui en sont responsables doivent être poursuivis aussi longtemps qu’il le faudra »

Tels sont les mots d’Ulf Kristersson. Ce lundi, lors d’une conférence commune avec le président du Conseil européen Charles Michel, le Premier ministre suédois, qui assure la présidence tournante de l’Union européenne, a condamné une « attaque horrible ».

Le dirigeant a dénoncé la frappe russe sur un immeuble d’habitation de Dnipro samedi, qui a fait 40 morts. La Russie dément être impliquée et parle d’une « tragédie ».

Le chiffre du jour

455. Comme le nombre d’enfants tués depuis le début de la guerre en Ukraine, selon le bureau du procureur général. Comme le rapporte Ukraine World, près de 900 enfants ont été blessés, à différents degrés de gravité.

Au moins 1.352 enfants ukrainiens ont souffert de la guerre à ce jour selon les autorités judiciaires du pays.

La tendance

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, Vladimir s’est plaint des livraisons croissantes d’armes occidentales à l’Ukraine. Le chef d’Etat russe a critiqué les « parrains occidentaux » de l’Ukraine qui « augmentent leurs livraisons d’armes et de matériel militaire » à Kiev.

Le Royaume-Uni a annoncé samedi la livraison « dans les prochaines semaines » de 14 chars lourds à l’armée ukrainienne.