Guerre en Ukraine : La Suède et la Finlande se rapprochent de l’Otan, les céréales ukrainiennes du Liban

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en somme nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

C’est la fin de la « phase de test » pour la reprise des livraisons de céréales ukrainiennes. Arrivé mardi soir à Istanbul, le navire transportant le premier chargement d’exportations céréalières ukrainiennes depuis le début de la guerre a été inspecté pendant un peu moins d’une heure et demie à Istanbul mercredi. Des experts turcs, russes et ukrainiens s’en sont chargés.

La cargaison de 26.000 tonnes a ensuite repris la route vers le Liban. Selon Kiev, 16 autres bateaux chargés de céréales sont en attente de quitter Odessa, le principal port ukrainien qui concentrait avant la guerre 60 % de l’activité portuaire du pays.

La phrase

Cette situation tendue et absurde a été provoquée par les restrictions et les sanctions »

Le chancelier allemand Olaf Scholz a accusé la Russie d’être responsable du blocage de la livraison d’une turbine dont le gazoduc Nord Stream a besoin. L’opérateur russe Gazprom pointe, lui, Siemens Energy de ne pas avoir envoyé les documents nécessaires pour permettre une remise en marche de la turbine, ce dont l’entreprise se défend. Pour le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cette situation est causée par les sanctions occidentales contre Moscou.

Le chiffre

1,5 milliard d’euros. C’est l’énorme perte enregistrée par la Société générale au deuxième trimestre, affectée par une charge exceptionnelle au titre de la cession en mai de sa filiale russe Rosbank. Son produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d’affaires, s’élève à 7 milliards d’euros d’avril à juin, en hausse de 12,8 % sur un an, porté par l’ensemble des métiers.

Hors l’impact russe, le résultat de la banque s’élève à +1,5 milliard d’euros. C’est davantage qu’au deuxième trimestre 2021.

La tendance du jour

Peu avant minuit mardi, le Parlement français a ratifié les protocoles d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Otan (Organisation du traité de l’Atlantique nord), par un vote de l’Assemblée nationale. La France rejoint « 20 alliés » qui « ont déjà ratifié les protocoles », a indiqué la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna.

Suède et Finlande ont toutefois besoin d’une ratification des 30 Etats membres de l’organisation pour bénéficier de la protection de l’article 5 de la Charte de l’Otan en cas d’attaque. Et la Turquie​ menace de « geler » le processus, en accusant les deux pays scandinaves de bienveillance envers le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et ses alliés qu’Ankara considère comme des organisations terroristes.