Guerre en Ukraine : La Russie déclare qu’il n’y a rien de « prometteur » ni de « percée » dans les pourparlers

Le gouvernement russe fait un pas en arrière après un sursaut d’espoir survenu mardi à l’issue des pourparlers entre des délégations russe et ukrainienne à Istanbul. « Pour l’instant, nous ne pouvons pas faire état de quoi que ce soit de très prometteur ou d’une percée quelconque. Il y a beaucoup de travail à accomplir », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov.

Il a néanmoins qualifié de « positif » le fait que la partie ukrainienne ait « enfin commencé à formuler de façon concrète ses propositions et à les mettre par écrit ». « Nous évitons soigneusement de faire des déclarations publiques sur le fond » des sujets faisant l’objet des pourparlers, car « nous croyons que les négociations doivent se dérouler » discrètement, a-t-il ajouté.

Un écart entre les mots et les actes

Ces déclarations tranchent avec celles, beaucoup plus positives, des responsables russes ayant pris part aux discussions qui se sont déroulées mardi à Istanbul. A l’issue de ces pourparlers, le chef de la délégation russe et représentant du Kremlin, Vladimir Medinski, avait fait état de « discussions substantielles » et dit que les propositions « claires » de l’Ukraine en vue d’un accord allaient être « étudiées très prochainement et soumises au président » Vladimir Poutine. Le vice-ministre russe de la Défense avait aussi affirmé que Moscou allait « réduire radicalement (son) activité militaire en direction de Kiev et Tcherniguiv », dans le nord du pays.

Ces affirmations ont été accueillies avec scepticisme par les capitales occidentales, qui accusent Moscou de ne pas vraiment chercher une solution négociée derrière une bonne volonté de façade. Sur le terrain, le gouverneur de la région ukrainienne de Tcherniguiv a affirmé mercredi que des bombardements avaient eu lieu « toute la nuit », malgré la promesse russe.