Guerre en Ukraine : La Russie accusée de « génocide » par une Europe qui discute de nouvelles sanctions

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Emmanuel Macron s’est déclaré lundi « favorable » à ce que l’Union européenne décide de nouvelles sanctions vis-à-vis de la Russie, après la découverte de centaines de corps de civils dans la région de Kiev.

« Ce qui s’est passé à Boutcha impose un nouveau train de sanctions et des mesures très claires », a déclaré le président français sur France Inter. « Donc, nous allons nous coordonner avec nos partenaires européens, en particulier l’Allemagne » dans « les prochains jours », a-t-il ajouté, en évoquant des sanctions individuelles et des mesures sur « le charbon et le pétrole ».

La phrase du jour

 « Meurtriers, tortionnaires, violeurs, pilleurs… »
 

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fustigé les troupes russes composées selon lui de « meurtriers, tortionnaires, violeurs, pilleurs » après le massacre de civils mis au jour à Boutcha.

Les images de dizaines de cadavres dans des fosses communes ou jonchant les rues des environs de la capitale ukrainienne ce week-end, à la suite du retrait russe, ont révulsé les Occidentaux, comme le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, parlant d’un « coup de poing à l’estomac ».

Le chiffre du jour

18.300. C’est le nombre de soldats ukrainiens tués depuis le début du conflit selon le ministère de la Défense ukrainien. Ce dernier qui publie régulièrement un bilan des pertes russes sur le terrain militaire, estime à 18.300 le nombre de soldats du Kremlin qui ont perdu la vie depuis le début de l’invasion. D’après Kiev, 134 hélicoptères et 147 avions russes ont aussi été abattus. Les chiffres de la guerre sont difficiles à estimer et sont un enjeu majeur du conflit, ils sont donc toujours à prendre avec de grandes précautions. Pour le moment, aucun décompte indépendant n’a pu être effectué.

La tendance du jour

Dans la lignée des déclarations du président Emmanuel Macron, l’UE discute en « urgence » de nouvelles sanctions contre Moscou, réclamées également par l’Allemagne, après les massacres de la région de Kiev, a indiqué lundi le haut représentant de l’UE Josep Borrell. L’UE « condamne dans les termes les plus forts les atrocités rapportées commises par les forces armées russes dans plusieurs villes ukrainiennes occupées, qui ont maintenant été libérées », ajoute-t-il dans un communiqué.

L’unanimité des Vingt-Sept est nécessaire pour l’adoption de nouvelles mesures. Si un consensus est trouvé au cours de la réunion des ambassadeurs, il devra ensuite être validé par les capitales. Les dirigeants européens vont-ils enfin taper fort après les récents évènements en Ukraine ? C’est tout l’espoir de ces prochains jours.