Guerre en Ukraine : Incertitudes autour d’un tir en Pologne et récession en Russie

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Un missile a tué mardi deux personnes dans le village polonais de Przewodow, près de la frontière avec l’Ukraine, lourdement bombardée par l’armée russe. Après une période d’interrogations sur son origine et les risques d’escalade, Varsovie a estimé mercredi « hautement probable » qu’il s’agisse d’un « accident malheureux » dû à un projectile ukrainien. Même son de cloche à l’Otan, qui ne dispose « d’aucune indication » permettant d’attribuer l’explosion mortelle en Pologne à « une attaque délibérée » contre ce pays, a estimé mercredi le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg. 

Le président américain Joe Biden, au sommet du G20 à Bali (Indonésie), avait auparavant estimé qu’il était « improbable » que le missile ait été tiré depuis la Russie et assuré qu’il allait « déterminer ce qu’il s’est passé exactement ». Le Kremlin, qui dément toute responsabilité, a salué la « retenue » de la réaction américaine. Kiev pour sa part a réclamé mercredi un « accès immédiat » au site et un « examen conjoint de l’incident », continuant d’évoquer une responsabilité russe.

La phrase du jour

Il y a eu hier [mardi] une journée terrible pour l’Ukraine et le peuple ukrainien »

C’est une déclaration du président français. Emmanuel Macron a appelé ce mercredi son homologue ukrainien après que « plus de 85 missiles » ont frappé des infrastructures civiles ukrainiennes mardi. A l’issue du sommet du G20 à Bali, le président français a regretté ces « terribles » bombardements.

Le chiffre du jour

-10 °C. La semaine à venir sera « difficile » pour les habitants de la région de Kiev en Ukraine, a averti ce mercredi le gouverneur régional, Oleksiï Kouleba, au lendemain de lourdes frappes russes qui ont de nouveau endommagé son réseau électrique. « On s’attend à ce que les températures descendent jusqu’à -10 °C », a-t-il souligné alors que les bombardements russes ont lourdement endommagé le système électrique du pays.

La tendance du jour

La Russie est officiellement entrée en récession après un recul de 4 % de son produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre, selon une première évaluation publiée ce mercredi par l’agence de statistiques Rosstat. La tendance, dans le prolongement d’un deuxième trimestre déjà plombé (-4,1 %), est largement affectée par les effets des lourdes sanctions occidentales consécutives à l’invasion de l’Ukraine.

Les analystes s’attendaient toutefois à une chute plus marquée de l’économie entre juillet et septembre, autour de -4,5 %. La dernière récession technique en Russie remontait à 2020-début 2021, années marquées par la pandémie de Covid-19. Les trois premiers mois de 2022 avaient vu le PIB russe croître de +3,5 %, mais le déclenchement de l’offensive en Ukraine fin février a entraîné une pluie de sanctions internationales et de nombreux problèmes pour l’économie russe : importations et exportations limitées, pénurie de personnel exacerbée, difficultés d’approvisionnement en pièces détachées, etc.

Selon une prévision de la Banque centrale russe réalisée le 8 novembre, le PIB devrait se contracter autour de -3,5 % sur l’ensemble de l’année 2022, bien loin toutefois des prévisions apocalyptiques envisagées au printemps.