Guerre en Ukraine : Glaçantes découvertes à Izioum et Kharkiv, Poutine « pas pressé » d’en finir

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Depuis sa reprise de la ville d’Izioum, dans la région de Kharkiv, dans le Nord-est, aux mains des Russes, les découvertes macabres s’accumulent. Ce vendredi, l’armée ukrainienne a affirmé avoir découvert une « fosse commune » accueillant près de 450 tombes. Un journaliste de l’AFP a confirmé qu’au moins un corps avait les mains liées. Des crimes imputables aux forces russes selon Volodymyr Zelensky.

Un peu plus tard dans la journée, deux journalistes de l’AFP ont affirmé avoir vu des centaines de tombes dans une forêt en périphérie de la ville. Les autorités ukrainiennes procédaient notamment sur place à l’examen d’une tombe contenant les corps de 17 soldats ukrainiens, surmontée d’une croix portant l’inscription « armée ukrainienne, 17 personnes. Izioum, de la morgue.

L’ONU a déjà annoncé vouloir envoyer une équipe d’experts sur place pour enquêter sur ces charniers.

La phrase du jour

Nous allons tout faire pour que tout se termine le plus vite possible

Présent ce vendredi à un sommet régional à Samarcande, en Ouzbékistan, Vladimir Poutine en a profité pour s’entretenir en tête à tête avec le Premier ministre indien, Narendra Modi, qui lui avançait que « que l’heure n’est pas à la guerre ».

Une déclaration du président russe en contradiction avec celle qu’il a avancé un peu plus tard pendant une conférence de presse, assurant ne pas être « pressé » dans le conflit avec l’Ukraine : « Nos opérations offensives, dans le Donbass, ne s’arrêtent pas, elles avancent à un petit rythme (…). Le plan ne nécessite pas de changement (…) nous ne sommes pas pressés. »

Le chiffre du jour

10. C’est le nombre de salles de tortures découvertes dans des localités de la région de Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine, récemment reprises aux Russes, selon le chef de la police nationale Igor Klymenko.

« A ce jour, je peux parler d’au moins dix salles de torture [découvertes] dans des localités de la région de Kharkiv », dont deux dans la petite ville de Balakliïa. Des découvertes qui ont amené Volodymyr Zelensky à qualifier les troupes russes de « tortionnaires ».

La tendance du jour

En difficulté dans son conflit avec l’Ukraine et en plein bras de fer avec l’Occident, Vladimir Poutine continue de soigner son ouverture vers l’Orient. Après avoir rencontré le président chinois Xi Jinping jeudi, le président russe s’est entretenu avec le Premier ministre indien, Narendra Modi, en marge du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande, en Ouzbékistan.