Guerre en Ukraine : Explosion à un arrêt de bus et rapport détonnant d’Amnesty International

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19 h 30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Un nouveau drame s’est produit dans l’est de l’Ukraine ce jeudi. Huit personnes ont été tuées et quatre blessées par un obus russe qui a explosé à un arrêt de bus dans la ville de Toretsk, près de la ligne de front, a annoncé le gouverneur de la région.

« D’après les premières informations dont nous disposons, il s’agit d’un tir d’artillerie, qui a atteint un arrêt de transport public, où une foule de gens attendaient », a expliqué sur Telegram Pavlo Kyrylenko, gouverneur de la région de Donetsk.

La phrase du jour

Si la Russie gagne, elle aura la confirmation que la violence fonctionne. D’autres pays voisins pourraient alors être les suivants »

C’est un avertissement du secrétaire général de l’Otan. D’après Jens Soltenberg, cette période est le « moment le plus dangereux pour l’Europe depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Le chiffre du jour

9. C’est le nombre d’années de prison dont a écopé la basketteuse américaine Brittney Griner ce jeudi. Détenue en Russie depuis février, elle a été reconnue coupable de trafic de drogue par un tribunal après son arrestation avec une vapoteuse contenant du liquide de cannabis. Le président américain Joe Biden a estimé que cette condamnation était « innaceptable ».

La tendance du jour

Amnesty International a affirmé ce jeudi que l’armée ukrainienne a mis des civils en danger en établissant des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et en lançant des attaques depuis des zones peuplées pour repousser l’invasion russe. De telles tactiques violent le droit international humanitaire, a prévenu l’ONG dans un communiqué.

Mykhailo Podolyak, conseiller au cabinet du président, a accusé Amnesty de participer à la campagne de désinformation et de propagande russe visant à discréditer l’armée ukrainienne. Le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, s’est également dit scandalisé par ce rapport « injuste ». « Je suis indigné par le rapport d’Amnesty International. Je le considère comme injuste », a-t-il affirmé sur Facebook.