Guerre en Ukraine EN DIRECT : Zelensky promet que les responsables du « crime de guerre » de Dnipro seront traduits en justice…

07h10 : A Kramatorsk, la tragédie enfouie du bombardement de la gare

C’est une tragédie dont Kramatorsk ne parle jamais, un souvenir enseveli sous un silence de plomb. Mais personne ici n’a oublié cette journée terrible du 8 avril 2022, lorsqu’un missile s’est abattu sur la gare, tuant plus de 60 civils. Le joli bâtiment blanc et rouge aux lignes rectilignes se trouve au bout d’une avenue animée. Une locomotive des années 1940 trône sur le parvis de la gare, autour de laquelle s’est construite Kramatorsk, ville industrielle typique du Donbass, région minière de l’est de l’Ukraine organisée autour de l’infrastructure ferroviaire.

C’est dans cette gare que des milliers de civils – 4.000 selon les autorités – se pressaient ce 8 avril pour évacuer la région, soumise à la menace d’une offensive majeure des troupes russes. A 10h30 ce matin-là, un missile Totchka-U équipé de bombes à sous-munitions, selon les experts, a frappé la gare. Soixante et une personnes ont été tuées et plus de 160 blessées, d’après le bilan de la mairie de Kramatorsk.

Le bombardement de la gare s’inscrit dans la longue liste des crimes de guerre imputés à la Russie depuis le début du conflit, au côté des tueries de Boutcha ou du siège de Marioupol, pour ne citer qu’eux.