Guerre commerciale: Pékin laisse chuter le yuan en réponse à Trump, les marchés plongent

Un trader de Wall Street le 5 août 2019, alors que le Dow Jones a plongé de 3%. — Richard Drew/AP/SIPA

Lundi noir à Wall Street. Alors que Pékin a riposté aux tarifs promis par Trump en laissant le yuan glisser, l’indice Dow Jones a chuté de 767 points (près de 3%) pour sa pire journée de l’année. En France, le Cac 40 avait reculé de 2% un peu plus tôt, alors que les marchés mondiaux s’inquiètent du regain de tension entre la Chine et les Etats-Unis. Donald Trump, accusé Pékin de «manipuler [sa] monnaie.»

La monnaie chinoise a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar, un seuil qui n’avait pas été enfoncé depuis 11 ans. Autre conséquence des tensions sino-américaines, l’agence officielle Chine nouvelle a aussi annoncé dans la nuit de dimanche à lundi que les entreprises chinoises avaient cessé d’acheter des produits agricoles en provenance des Etats-Unis.

Ces décisions font suite à la menace de Donald Trump d’imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre.

La dépréciation du yuan a entraîné, sans surprise, une vive réaction du président américain qui a dénoncé une «manipulation de la monnaie». «Cette violation majeure affaiblira considérablement la Chine avec le temps», a-t-il tweeté. «La Chine a l’intention de continuer à toucher des milliards de dollars pris aux Etats-Unis grâce aux pratiques commerciales déloyales et à la manipulation de la monnaie», a encore ajouté le président.

Les Bourses inquiètes

Le soudain emballement des différends entre les deux premières puissances économiques mondiales a touché de plein fouet les marchés financiers, Wall Street en tête: son indice vedette, le Dow Jones, a enregistré sa pire journée de l’année. Apple, qui serait une des principales victimes d’une guerre commerciale prolongée –qui pourrait faire flamber le prix de l’iPhone– a reculé de 5%.

La Chine et les Etats-Unis sont engagés depuis plus d’un an dans un bras de fer commercial qui s’est traduit par l’imposition réciproque de droits de douane punitifs.

Une baisse du yuan favorise les exportations chinoises et atténuerait l’impact de la hausse des droits de douane américains sur les produits chinois. «Le gouvernement chinois peut être tenté d’autoriser une dépréciation supplémentaire du yuan pour soutenir sa croissance» au moment où les perspectives économiques du géant asiatique s’assombrissent du fait de la guerre commerciale, estime Ken Cheung, stratège à Mizuho Bank.

Un accord désormais improbable

Pékin s’efforçait jusqu’ici de soutenir sa monnaie «pour ne pas compromettre» les pourparlers commerciaux avec les Etats-Unis, relève Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics. Mais laisser filer la devise sous les 7 yuans montre que les autorités chinoises «ont pratiquement abandonné tout espoir d’un accord commercial» avec Washington, estime l’analyste.

Les Etats-Unis reprochent à la Chine d’être largement responsable de leur énorme déficit commercial. Ils réclament à Pékin des réformes structurelles pour interdire par exemple les subventions aux entreprises publiques, les transferts de technologie imposés aux entreprises étrangères et le «vol» de la propriété intellectuelle américaine. Ils exigent aussi l’achat de davantage de produits américains, notamment agricoles.

8 partages