Grève du 19 janvier : Plus de 10.000 policiers et gendarmes mobilisés, dont 3.500 à Paris

« Plus de 10.000 policiers et gendarmes, dont 3.500 à Paris » seront mobilisés jeudi pour assurer la sécurité des manifestations contre la réforme des retraites, a annoncé mercredi sur RTL Gérald Darmanin. Le ministre de l’Intérieur a ajouté que les autorités s’attendaient à la venue à Paris d’« un petit millier de personnes qui pourrait être violent », citant des « ultragauche » ou des « ultrajaunes » (des « gilets jaunes » radicalisés).

Pour éviter leur venue, il a annoncé « des contrôles » dès ce mercredi dans la capitale ainsi qu’en régions. Il a expliqué que « ceux qui veulent casser » déposent en amont des objets tels des couteaux, casques, etc., sur le parcours de la manifestation pour pouvoir s’en servir au moment du défilé.

« 39 unités de forces mobiles » présentes à Paris

Au total à Paris, pour prévenir les incidents ou les endiguer, « 39 unités de forces mobiles » seront présentes jeudi. « Ce qui est beaucoup mais, a-t-il fait valoir, il nous faut distinguer absolument ceux qui veulent exprimer une opinion politique et ceux qui veulent casser ». Comme on lui demandait s’il était « inquiet », le ministre a répondu : « je suis concentré ».

Alors que la fédération CGT des mines et de l’énergie envisage des coupures de courant ciblées contre les élus favorables à la réforme des retraites, il a jugé que « ce serait absolument scandaleux ». Le ministre a ajouté avoir donné des instructions ce mercredi matin pour « protéger notamment les permanences des élus, des parlementaires ».

« Attaquer un élu de la République, quel qu’il soit, quel que soit son bord politique, lui faire une pression, un chantage, cela relève d’une dictature, pas d’une démocratie », a-t-il dit, faisant état de faits semblables commis déjà les jours derniers lors de manifestations contre la réforme des retraites.