Grève à la RATP : A quoi s’attendre cette semaine après la suspension du mouvement ?

Après 45 jours de grève, le trafic devrait revenir à la normale lundi sur 12 lignes du métro. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

  • Vendredi, les conducteurs en grève ont voté la suspension du mouvement, jusqu’au vendredi 24 janvier.
  • Après plus de quarante jours de grèves, les salariés mobilisés ont besoin de refaire leurs forces, selon les syndicats.
  • Une pause qui ne présage en rien de l’arrêt du mouvement, les grévistes restant déterminés.

Après un mois et demi de grève contre le projet de réforme des retraites, le trafic RATP va connaître un vrai mieux ce lundi. Huit lignes de métro (1, 2, 3bis, 7bis, 9, 10, 11, et 14) ainsi que tous les trams et le RER A circuleront normalement, il y aura 4 trains sur 5 sur la 6, la 7 et la 8 ainsi que sur le REB tandis que ce sera légèrement plus perturbé sur la 3, la 4, la 5, la 12 et la 13.

A l’origine de cette nette amélioration du trafic, le vote vendredi en assemblées générales par les conducteurs en grève de la suspension du mouvement à partir de lundi. Il s’agit pour les grévistes de « reprendre des forces », a précisé à l’AFP Laurent Djebali, représentant des conducteurs de métro et RER à l’Unsa RATP, premier syndicat de la régie.

L’argent, le nerf de la guerre

« Après 45 jours de grève, une majorité d’assemblées générales du réseau ferré a décidé de réorienter, dès lundi, le mouvement illimité pour s’orienter sur une autre forme d’action », a indiqué dans un communiqué l’Unsa RATP Pôle Tractio. Pour beaucoup de grévistes, cette décision a été décidée « pour des raisons pécuniaires » : « On peut comprendre que certains collègues aient besoin de se renflouer », a précisé Laurent Djebali.

« C’est évidemment une décision qui est très positive pour les usagers, se réjouit Jean-Claude Delarue, président de la Fédération des usagers des transports et des services publics. Les usagers ne sont pas forcément contre le droit de grève à la SNCF et la RATP, simplement point trop n’en faut quand même. L’ennuyeux dans ce type d’action, c’est que ça s’attaque aux seuls qui ne sont responsables de rien dans la situation actuelle, c’est-à-dire les usagers. » Au contraire, il appelle à « la grève de la gratuité, une forme de grève qui ne gêne pas les usagers puisque tous les trains roulent mais sans contrôle à bord ».

« Cette bataille se poursuit »

Cette pause, assurent les syndicats, ne présage en rien de l’arrêt du mouvement. « Dès que les collègues sont prêts, on repart en illimité, en espérant une convergence des luttes, a indiqué Laurent Djebali. Il est hors de question qu’on appelle à cesser la grève illimitée, bien au contraire. » Même son de cloche à Solidaires qui assure, dans un communiqué publié ce dimanche, « que ce soit sur la stratégie de la grève reconductible, ou des temps forts, cette bataille se poursuit ».

Avec en ligne de mire la prochaine mobilisation du 24 janvier, jour de la présentation du projet de réforme en conseil des ministres. « Ce sera une très forte journée de grève », promet François-Xavier Arouls, cosecrétaire du syndicat Solidaires RATP. En attendant, différentes actions vont être menées au cours de la semaine, indique le syndicaliste, sans que les modalités ne soient encore définies.

Pour Bernard Vivier, directeur de l’Institut supérieur du travail, cette pause marque toutefois « un affaiblissement du mouvement de grève ». « La période qui s’ouvre va être de plus en plus paisible dans la rue mais de plus en plus sensible à Matignon et à l’Elysée, estime-t-il. S’ouvre bientôt la conférence sur le financement des retraites ​et là, si les organisations syndicales n’ont pas satisfaction sur une grande partie de leurs revendications, ça peut remettre de l’huile sur le feu. » Un feu que François-Xavier Arouls n’imagine pas près de s’éteindre : « Depuis le début on reste contre cette réforme et on pense qu’on peut gagner d’autant que des salariés d’autres secteurs rejoignent la lutte et c’est ça qu’on attendait, nous sommes totalement déterminés. »

Société

Grève : Trafic quasiment normal prévu pour lundi 20 janvier à la RATP et à la SNCF

Paris

Grève : Le Medef aussi réclame son remboursement du Pass Navigo

5 partages