Grenoble : Une enquête pour « abus de bien social » ouverte contre Go Sport en novembre

Le parquet de Grenoble a saisi en novembre 2022 la section de recherches de la gendarmerie pour l’infraction d’ « abus de bien social » concernant la société Go Sport, a-t-il indiqué mercredi, confirmant une information du journal Libération.

La section de recherches de la gendarmerie de Grenoble a été saisie le 9 novembre 2022, selon le procureur adjoint François Touret de Coucy. « Les commissaires aux comptes ont transmis plusieurs révélations de faits délictueux », a-t-il ajouté, sans plus de détails.

Go Sport, qui emploie 2.160 salariés en France, est dans l’attente d’une décision du tribunal de commerce de Grenoble sur une éventuelle procédure de redressement judiciaire. Une audience s’est tenue lundi et la décision doit être rendue jeudi.

Le groupe Go Sport est déficitaire depuis des années

Les salariés de Go Sport, et surtout leurs représentants syndicaux et le comité social et économique central (CSEC) se sont notamment alarmés ces derniers mois d’une remontée de 36 millions d’euros de trésorerie de Go Sport vers sa maison-mère HPB (Hermione, People & Brands).

Fin décembre, après une première audience, la justice avait missionné un juge enquêteur de « faire un état précis de la situation financière » du groupe et de sa filiale Go Sport France, avec l’aide de ses cabinets d’audit et de ses commissaires aux comptes.

Déficitaire depuis des années, Go Sport, fondé en 1978 et basé à Sassenage en banlieue de Grenoble, avait été racheté fin 2021 pour un euro symbolique par HPB auprès de la maison-mère du groupe de distribution alimentaire Casino, la société Rallye, elle-même lourdement endettée.