Grasse : Au tribunal, un Américain réclame 2,8 millions de dollars à un cheik saoudien après une partie de poker

Rick Salomon, résidant de Las Vegas, a déjà gagné plusieurs tournois — Joe Giron

  • Deux joueurs de poker vont s’affronter à la barre du tribunal de Grasse.
  • Un Américain réclame le paiement d’une dette de jeu de 2,8 millions d’euros à un cheik saoudien.
  • Une procédure compliquée, la loi ne prévoyant pas de recours, sauf pour les jeux « d’adresse ou d’exercice du corps ».

C’est une audience peu commune qui s’ouvrira ce lundi matin devant le tribunal de grande instance de Grasse. Un Américain y attaque un cheik saoudien qu’il accuse de ne pas vouloir honorer une impressionnante… dette de jeu. Le second devrait ainsi au premier la coquette somme de 2,8 millions de dollars après une partie de poker privée organisée à Théoule-sur-Mer en 2014.

« Mon client a tenté de régler ce problème à l’amiable, puis il a décidé d’intenter une action en 2017 », explique à 20 Minutes Me Ronald Sokol, l’avocat de Rick Salomon, un résidant de Las Vegas de 51 ans déjà vainqueur de plusieurs tournois nationaux et internationaux.

Une procédure « vouée à l’échec », selon l’avocat du cheik

Mais la procédure, médiatisée par le conseil du joueur professionnel, est « vouée à l’échec dès l’origine », analyse de son côté l’avocat du cheik Raad Al-Khereiji, 59 ans, chez qui la partie s’était déroulée. « La cour de cassation a déjà statué sur une autre affaire qui concernait déjà un jeu de pur hasard », avance Me Paul-Albert Iweins. La loi 1965 du Code civil ne prévoit en effet « aucune action pour une dette du jeu ».

« Il ne peut effectivement pas y avoir de recouvrement pour un pari mais il existe une exception », précise Me Ronald Sokol. La loi 1966, promulguée en 1804 et inchangée depuis, indique que « les jeux propres à exercer au fait des armes, les courses à pied ou à cheval, les courses de chariot, le jeu de paume et autres jeux de même nature qui tiennent à l’adresse et à l’exercice du corps, sont exceptés » du texte précédent.

Et l’avocat espère bien justement prouver que le poker ne répond pas uniquement aux règles du hasard mais implique aussi « adresse et exercice du corps », indique-t-il. Une telle décision pourrait faire jurisprudence.

Justice

A Béziers, un ex-employé de banque condamné pour s’être servi afin de rembourser ses dettes de jeu

Économie

Prêt en famille, gare à l’excès de confiance

0 partage