Gironde : Une boîte crée un attache-masque pour éviter les irritations derrière les oreilles

L’entreprise girondine Chrisart propose des attache-masques personnalisables. — Atelier Chrisart

  • Une entreprise girondine a créé un attache-masque qui permet d’éviter les irritations derrière les oreilles.
  • D’abord testé par une partie du personnel soignant du CHU de Bordeaux, ce petit accessoire connaît un succès grandissant avec le durcissement des règles sanitaires.
  • De grands groupes s’y intéressent pour leurs futurs goodies et des débouchés sont aussi espérés sur le marché espagnol.

Porté en continu pendant la journée à l’heure de l’épidémie de Covid-19, le masque peut provoquer quelques désagréments, comme une gêne ou une irritation au niveau du haut des oreilles. C’est une amie, aide-soignante au CHU de Bordeaux, qui est la première à partager cet inconfort avec Christian Sauthat, chef d’entreprise girondin, pendant la période du confinement. Cela va faire tilt dans l’esprit du gérant de la société Chrisart qui propose des objets de décoration intérieure.

Equipée pour réaliser des découpes au laser dans des matières comme le plexiglas, le bois dans des formes atypiques et personnalisables, l’équipe de Chrisart va tester différents attaches-masques et les faire porter à des soignants du CHU de Bordeaux. « L’idée est qu’il s’accroche au niveau de la nuque, explique Christian Sauthat. On a fait des dons de quelques centaines de ces attaches à des soignants et ça leur a vraiment plu ». Les porteurs de lunettes et d’appareils auditifs pourraient aussi craquer pour ces accessoires qui permettent de « ne pas tout enlever quand on enlève le masque », relève le gérant de Chrisart.

De futurs «goodies» pour les entreprises

Après le déconfinement, le succès est très limité auprès du grand public puisque le masque n’est alors obligatoire que dans certains endroits. « Aujourd’hui, le marché est prêt pour notre produit, estime le gérant. Depuis la rentrée, les obligations de port du masque s’enchaînent dans les rues de plusieurs villes, les transports en commun et même dans les entreprises ». Des grands groupes, côtés au CAC40, commencent à s’intéresser à la création de cette petite entreprise girondine. « On peut inscrire des phrases ou des slogans sur ces attaches, il n’y a pas de limite à la personnalisation, souligne Christian Sauthat. Elles peuvent facilement devenir des « goodies » pour les entreprises ».

Installée à Belin-Beliet en Gironde, la société se prépare à faire face aux commandes qui affluent : elle veut changer de local, commence à investir dans de nouvelles machines et est en cours de recrutement. Elle a suspendu le reste de ses activités pour se concentrer sur son attache-masque et regarde aussi du côté du marché espagnol qui pourrait offrir des débouchés. Les prix de ces accessoires vont de un euro à 2,50 euros pièce mais ils sont vendus par lots de dix pièces minimum.

L’obligation du port du masque pouvant se prolonger, ce petit objet pourrait séduire ceux qui veulent gagner un peu en confort. 

Bordeaux

Coronavirus à Bordeaux : « C’est une catastrophe » estiment les professionnels de l’événementiel

Sport

Coronavirus à Bordeaux : La jauge à 1.000 spectateurs, un coup fatal pour les Girondins et l’UBB ?

1 partage