Gironde : Huit « décrocheurs » de portraits d’Emmanuel Macron relaxés en appel

Huit « décrocheurs » de portraits présidentiels d’Emmanuel Macron dans quatre mairies de Gironde en mai 2019, ont été relaxés mercredi par la cour d’appel de Toulouse, selon le collectif ANV-COP 21 dont font partie ces militants.

« C’est une victoire assez importante pour la liberté d’expression », a déclaré Eric Payen d’ANV-COP 21 qui, en « décrochant » ces portraits, entendait dénoncer « l’inaction » du gouvernement face à « l’urgence climatique ».

La décision de la cour d’appel de Bordeaux cassée en cassation

Ces huit personnes avaient été condamnées à des amendes allant de 250 à 600 euros, le 16 septembre 2020, par la cour d’appel de Bordeaux. Elles avaient été reconnues coupables de vol en réunion et de complicité de vol en réunion, après avoir « décroché » des portraits du président de la République dans quatre mairies du bassin d’Arcachon. Leur action s’inscrivait dans le cadre de la campagne nationale « Décrochons Macron » au cours de laquelle, selon ANV-COP 21, « 151 portraits ont été décrochés ».

La cour d’appel de Bordeaux avait notamment estimé que la liberté d’expression ne pouvait jamais justifier une infraction. Or, la Cour de cassation a considéré, le 22 septembre 2021, que décrocher un portrait du président de la République pour dénoncer l'(in) action de la France en matière de changement climatique pourrait ne pas être assimilable à un vol et relever de la liberté d’expression.

Elle avait donc cassé la décision et l’appel des « décrocheurs » a été rejugé à Toulouse le 15 février dernier.