«Gilets jaunes»: «On est prêt à participer à l’effort de guerre», promet le Medef

Elu mardi président du Medef, dont il est un pilier depuis cinq ans, Geoffroy Roux de Bézieux veut incarner un patronat moderne. — ERIC PIERMONT / AFP

Alors que la mobilisation des «gilets jaunes» continue, le patron des patrons assure que les entreprises sont prêtes « à participer à l’effort de guerre ». Invité au micro de RTL, ce mercredi, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, a affirmé qu’il n’y avait « pas de cagnotte cachée » dans les entreprises et que ces dernières allaient verser la « prime exceptionnelle » si elles le pouvaient.

Après huit semaines de protestation, les « gilets jaunes », qui réclament la hausse du pouvoir d’achat, sont toujours mobilisés. Si « au départ, c’est une colère d’automobilistes et fiscale », le président de l’organisation patronale a tenu à rappeler que les dirigeants de petites entreprises faisaient partie des premiers manifestants. « Ils sont aussi victimes de cette colère fiscale. Au début, avant que le mouvement dégénère, il y avait des petits patrons sur les ronds-points », a-t-il indiqué.

« Il n’y a pas de cagnotte cachée »

Geoffroy Roux de Bézieux a également tenu à rassurer : « On est prêt à participer à l’effort de guerre. On va essayer de verser cette fameuse prime exceptionnelle. En 2011, 10 % des entreprises l’ont versée. J’espère que ce sera plus maintenant ». Et d’ajouter : « Il n’y a pas de cagnotte cachée. Si les entreprises avaient des excédents de marge et de la trésorerie, elles l’auraient partagée », a-t-il promis au micro de la radio.

C’est « la France qui répartie le mieux les richesses entre salaire, investissement et rémunération du capital. La vraie différence avec le reste, c’est le poids de l’État et des impôts », a estimé le patron des patrons, avant d’ajouter : « Celui qui a pris le plus de l’augmentation des marges des entreprises, ce n’est pas l’investissement, ce n’est pas les dividendes, ce ne sont pas les salaires nets, bruts et les impôts ».

Économie

Bonus: Total va verser une prime exceptionnelle de 1.500 euros à ses salariés en France

Société

Fonctionnaires: Le gouvernement confirme qu’ils ne toucheront pas de prime exceptionnelle