Geoffrey Couët: «Si les gens me considèrent comme un acteur de films gays, j’en suis fier»

Geoffrey Couët dans «Haut perchés», d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau — Epicentre Films

  • Geoffrey Couët est fort à son aise dans Haut perchés, huis clos où des victimes évoquent l’homme qui les a maltraitées.
  • Le jeune comédien était aussi récemment à l’affiche des Crevettes pailletées.
  • Il rêve de tourner avec Pedro Almodóvar.

Olivier Ducastel et Jacques Martineau ont révélé Geoffrey Couët dans Théo et Hugo dans le même bateau, premier grand rôle du trentenaire. Les réalisateurs le retrouvent pour Haut perchés, huis clos où cinq amis commentent leur relation avec le même amant au cours d’un dîner mouvementé.

« J’incarne un jeune homme qui s’est mis une carapace et qui finit par comprendre qu’il va lui falloir affronter ses peurs pour évoluer », explique le comédien à 20 Minutes. Dans une pièce isolée, l’amant, que le spectateur ne verra jamais, attend que ses victimes décident de son sort.

« Des personnages très différents »

Quatre ans après Théo et Hugo dans le même bateau, Geoffrey Couët revient sur ce film qui a changé sa vie. « Nous avions tellement envie de raconter cette histoire que nous nous sommes lancés avec une forme de naïveté, se souvient-il. Je le referais aujourd’hui, mais je suis heureux que le garçon que j’étais il y a quatre ans ait déjà osé y aller. C’était un tournage intense et joyeux. » Des scènes de sexe très crues n’avaient pas effrayé le jeune homme, pas plus que le rôle d’homo extraverti des Crevettes pailletées. « Ce métier me permet d’explorer des personnages qui ne me ressemblent pas, souligne-t-il. Dans la vie, je ne montre pas mes fesses sur une autoroute ! »

Geoffrey Couët ne craint pas d’être cantonné dans des rôles de personnages homosexuels. « Si les gens me considèrent comme un acteur gay, j’en suis fier, affirme-t-il. Mais tous les gays que j’ai incarnés m’ont permis de composer des personnages très différents. » Le garçon Théo, le délirant Xavier des Crevettes pailletées et le convive introverti de Haut perchés n’ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres. « C’est un peu un cercle vicieux, car les réalisateurs gays vont voir des films gays et ont donc plus de chances de me remarquer, insiste Geoffrey Couët. Mais je serais évidemment prêt à incarner des hétéros. »

Entre sérénité et anxieté

S’il aime se lancer de nouveaux défis, Geoffrey Couët reconnaît vivre entre sérénité et anxiété quand il pense à sa carrière. « Si seuls des cinéastes homos me proposent du travail, ça me va, affirme-t-il. Entre Xavier Dolan, François Ozon et Pedro Almodóvar, pour ne citer qu’eux, j’ai de quoi trouver mon bonheur. » Tourner avec le réalisateur de Douleur et Gloire le fait particulièrement rêver. « Je parle espagnol couramment et j’espère qu’on finira par collaborer. » C’est ce qu’on souhaite de tout cœur à cet excellent acteur.

Cinéma

«Les Crevettes pailletées»: En quoi est-ce «Le Grand Bain» gay qu’on attendait?

Cinéma

«Théo et Hugo dans le même bateau»: L’art et la manière de tourner une scène de sexe

.

0 partage