Gaz : Les stocks pour l’hiver seront remplis à 100 % avant novembre, assure le gouvernement français

Plus que 20 %. « Nous sommes aujourd’hui à 80 % de remplissage de nos stocks de gaz stratégiques, nous sommes en avance par rapport à nos objectifs, cela veut dire que nous remplirons à 100 % avant le 1er novembre, ce qui était notre objectif », a déclaré mercredi la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

Ella a appelé « collectivement » tous les Français, mais surtout « les plus gros acteurs » à « faire en sorte de réduire leur consommation de gaz et d’électricité », car « les deux systèmes sont liés ». « Il faut que les grands acteurs, les administrations, les entreprises, réduisent leur consommation », a-t-elle insisté. « La consigne des 19 degrés n’est pas respectée partout », a déploré la ministre. « Et cela va dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique », a-t-elle fait valoir.

Pas intérêt « à ce que l’UE soit faible »

La ministre a rappelé et expliqué les mécanismes de solidarité européens à l’œuvre pour le partage de l’accès aux sources énergétiques. « Nous comptons sur la solidarité, notamment allemande, pour importer de l’électricité », a-t-elle dit, en référence à des problèmes de production rencontrés par les centrales nucléaires françaises. « Et nous devons être en soutien de l’Allemagne pour le gaz que nous importons dans nos terminaux méthaniers. Nous en avons quatre qui sont au travail actuellement », a-t-elle rappelé.

Elle a défendu le principe européen d’importation de gaz azerbaïdjanais pour compenser l’absence de gaz russe, malgré les polémiques sur les droits humains dans ce pays. « Je ne crois pas que nous avons intérêt à ce que l’UE soit faible économiquement et ne protège pas sa population pour l’hiver prochain », a-t-elle déclaré.

Agnès Pannier-Runacher a par ailleurs qualifié d’« irresponsables » les propos de Marine Le Pen demandant d’en finir avec les sanctions contre la Russie afin de pouvoir de nouveau bénéficier du gaz venant de ce pays. « La personnalité politique qui se targue d’être la plus patriote est aussi la première à vendre notre république contre un plat de lentilles », a lancé la ministre.