Gang de la Brise de mer : Huit ans de prison pour Claude Chossat

Le procès Chossat se tient pendant une quinzaine de jours — Mathilde Ceilles / 20 Minutes

« Repenti » autoproclamé de la bande criminelle corse de la Brise de Mer, Claude Chossat a été condamné à huit ans de prison vendredi par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône pour complicité dans l’assassinat en 2008 de Richard Casanova, un des barons de ce gang. Quinze ans avaiant été requis à son encontre.

Ancien homme à tout faire de Francis Mariani, l’un des « parrains » de la Brise de Mer, Claude Chossat, 42 ans, n’a pas été considéré par les jurés comme l’auteur de ce meurtre qu’il avait toujours nié, après neuf jours de procès et cinq heures et demie de délibéré.

Une décision « qui n’est pas neutre »

Edouard Martial, un des quatre avocats de Claude Chossat, a salué une décision « qui n’est pas neutre, qui reconnaît que (son client) n’est pas un assassin, qu’il n’a pas de sang sur les mains ». La décision de faire appel ou non de ce verdict sera prise en concertation avec Claude Chossat, en fonction de la façon dont la peine pourra être aménagée.

« J’ai les jambes coupées, c’est un sentiment de désolation », a déploré de son côté Sandrine Chossat, l’épouse de l’accusé. « Ce soir je vais rentrer seule et me retrouver seule avec mes deux filles, sans leur père », a-t-elle poursuivi, se disant en colère contre un verdict qui selon elle envoie un mauvais signal. « En Corse les gens se lèvent contre la mafia, mais avec une décision comme ça, plus aucun Corse ne voudra parler », a-t-elle assuré, évoquant le statut de « repenti » revendiqué par son mari, qui a notamment assuré devant la cour avoir permis l’arrestation d’« au moins 45 personnes » grâce à ses déclarations à la police depuis son interpellation en Suisse en 2009.

Le second accusé, David Taddei, 45 ans, accusé d’avoir fourni un lot d’armes à Mariani, dont la future arme du crime, a été relaxé.

Justice

Gang de la Brise de Mer : « C’était la première fois qu’un bandit corse faisait des déclarations signées », quand Claude Chossat s’est mis à table

1 partage