« Game of Thrones » : Que reste-t-il de la plus grande saga des années 2010 ?

Daenerys, reine du seum, Targaryen a mal vécu la fin de Game of Thrones — HBO

  • La série Game of Thrones s’est achevée, sur HBO, au mois de mai 2019.
  • Alors que la saga a suscité énormément de conversations et débats depuis des années, l’engouement semble être retombé.
  • Game of Thrones a pourtant encore une actualité et un futur.

Mais qui achète encore des DVD ? Peut-être les mêmes personnes qui sont restées bloquées sur la plus grande série de la décennie, Game of Thrones… La saga HBO s’est achevée le 19 mai 2019 et ce mardi 3 décembre, c’est l’intégrale, et la saison 8 donc, qui sortent en coffrets DVD. 198 jours plus tard, 198 jours après l’accession au trône de fer par Bran, l’épopée qui a bousculé la télévision, et la pop culture, ces dix dernières années, n’est plus que l’ombre d’elle-même. Etats des lieux.

Il suffit d’aller faire un tour dans un grand magasin (par exemple pour s’acheter ledit coffret, parce que oui, on est vieux), pour comprendre que le merchandising Game of Thrones a presque complètement déserté les rayons. Peut-être, sans doute, par effet d’écœurement après le tsunami du printemps. Un exemple parmi tant d’autres, là où Harry Potter et Star Wars comptent plusieurs types de calendriers d’Avent à destination des fans, Game of Thrones n’en a quasiment pas. A peine en a-t-on déniché un avec… des chaussettes aux couleurs des familles de Westeros. Le chagrin…

Des livres sans fin

Au-delà des échoppes, Game of Thrones pue la défaite en librairie. On a bien l’excellent nouveau livre de Marianne Chaillan, Game of Thrones, une fin sombre et pleine de terreur, sur la philosophie de la saga, en attendant celui de Justine Breton, qui s’annonce également passionnant, sur le médiévalisme à l’œuvre dans la saga. Mais à part ça, c’est morne plaine. Ou plutôt, ça ressemble à un enterrement. Trois « beaux livres » sur les décors, les costumes et les dessins de la série sont en magasin et laisse la désagréable impression qu’il n’y a plus rien à dire de neuf sur Game of Thrones.

Heureusement est également sorti la version française en intégrale de Feu et Sang, la saga de la dynastie des Targaryen racontée par le menu par George R.R. Martin et dont devraient s’inspirer les créateurs du seul spin-off confirmé de Game of Thrones. Mais ce livre, très clairement à destination des gros fans de l’univers avec une succession de faits d’armes et d’alliances politico-guerrières, cache une autre réalité : les deux derniers volumes de la saga tardent de plus en plus à voir le jour. George R.R. Martin assure que ça ne devrait plus trop tarder, mais il explique aussi son spleen de devoir composer avec le fait que les plus grosses révélations de son récit ont été faites par la série. A savoir l’identité de Jon Snow, et l’arrivée sur le trône de Bran. S’il a confirmé qu’il ne changerait pas sa fin pour autant, on peut se demander s’il n’a pas perdu l’envie de raconter cette histoire.

Ringardisation express

La fin de la série a aussi fait des dégâts chez ses acteurs et auteurs. David Benioff et D.B. Weiss, que l’on soupçonnait d’avoir « balancé » la saison 8 pour pouvoir se tourner vers leur prochain projet, ont perdu la série Star Wars qu’ils devaient réaliser. Kit Harington a fait une dépression. Et les actrices Lena Headey et Emilia Clarke ont raconté à quel point, rétrospectivement, le tournage de Game of Thrones avait pu être éprouvant, et problématique. Notamment sur les questions du sexisme du scénario et de la nudité des femmes dans la série.

A peine quelques mois après la fin et alors que les séries prennent le virage post-MeToo, on constate ainsi que Game of Thrones a déjà pris un sacré coup de vieux de ce point de vue. HBO a ainsi rapidement tourné la page en lançant la formidable (et très politique) Watchmen, les fans de sagas fantastiques sont complètement passé à autre chose et se passionnent pour l’arrivée de The Witcher et le tournage du Seigneur des Anneaux pour Amazon Prime. Dans un même ordre d’idée, les bonus au coffret DVD qui sort aujourd’hui font peine à voir et tuent un peu plus le mythe. On découvre une scène un peu ridicule où Tyrion combat des morts-vivants. On apprend qu’une fin alternative a été filmé. Et que Drogon « n’est pas un chat »… Surtout, les créateurs se sentent obligé d’expliquer leurs choix sur le coup de folie de Daenerys.

Un impact durable

Et pourtant, des indices permettent de mesurer l’impact que Game of Thrones continue d’avoir sur nos vies. Et pas seulement le nombre d’entre vous qui continuez à lire systématiquement chacun de nos articles sur le sujet. Que ce soit dans les festivals comme les Utopiales, ou lors d’épisodes de séries comme Bojack Horseman, les références à la saga continuent d’affluer. Même lorsqu’il s’agit d’anticiper la conclusion de la troisième trilogie Star Wars, la peur de la déception inéluctable des fans a été théorisée en fonction de celle de Game of Thrones.

Après avoir obsédé le monde, la série la plus regardée et piratée de ces dix dernières années deviendra bien vite un objet d’études. C’est ce que confirment en chœur les chercheurs que nous avions contactés pour une série d’articles au printemps. Après une nécessaire période de deuil, ou de dégoût, (appelons ça « l’hiver » de Game of Thrones), il sera temps d’analyser sa trace, durable, dans la culture.

Série

«Game of Thrones»: Toutes les réponses à toutes les questions (et après on arrête)

Série

«Game of Thrones»: Morale, amertume, déception… Les leçons philosophiques à tirer de la fin

4 partages